Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

A Béziers, Robert Ménard remplace l'information municipale par le buzz et la propagande d'extrême-droite.

(article rédigé en collaboration avec une militante associative et syndicale de Béziers)

 

 

Malgré ses coups de buzz dérisoires, malgré sa constante recherche de soutiens, malgré ses tentatives assez forcenées pour apparaître comme l'homme indispensable au rassemblement des droites dures et même très dures, (avec très probablement des  espérances pour se trouver une place à l'occasion des prochaines législatives), il semble bien que le bateau municipal de Robert Ménard tangue de plus en plus...

 

 

Après un coup d'éclat télévisuel, agitation-buzz dérisoire de Robert Ménard

Comme toujours, Robert Ménard cherche  à faire parler de lui, sur les réseaux sociaux et les médias nationaux.
C'est ainsi qu'il n'était resté que quelques minutes, sur le plateau de l'émission « Salut les terriens ! » du 26 novembre sur la chaîne « C8 », et l'avait quitté brusquement,  car il n'avait pas apprécié les blagues d'un humoriste. Et ce faisant, il avait lancé à  l'animateur Thierry Ardisson " Va te  faire foutre ! ". Après  ce nouveau coup d'éclat,  Ménard a voulu  jouer la victime, a  lancé une pétition,  et organisé une soirée au Palais des Congrès de Béziers,  le 5 décembre, le tout en mettant probablement  de nouveau à contribution son staff rappoché de la mairie pour créer une  association :  "Les Patriotes du Biterrois".
Le maire de Béziers chercherait-il la polémique ? la question de « l'identité de la ville de Béziers » aux valeurs patriotiques, religieuses se cacherait-elle derrière cette chasse aux sorcières. ? Une question légitime quand Robert Ménard fait appel à des « Patriotes du Biterrois ». Ils disent vouloir défendre  « Notre ville, notre Maire, les Biterrois INSULTÉS après la parodie médiatique de Thierry Ardisson ».
Car cette émission « Salut les terriens ! » et la campagne contre  Thierry Ardisson,  n'est-ce pas l'arbre qui cache la forêt ? Se moquer de Ménard et de ses pratiques à  Béziers est un crime de lèse-majesté qui  sert, assez dérisoirement,  de prétexte pour tenter de rassembler des troupes avant les proches échéances politiques : élections législatives et présidentielles.

 "Les patriotes du Biterrois" : une création pour resserrer les soutiens  autour d'un Robert Ménard en perte de vitesse,   vivement contesté jusque parmi les élus de sa majorité ? Ce n'est pas impossible du tout.  Par exemple, en  novembre, l'élue chargée de la vie associative, Valérie Gonthier, dont c'était le premier engagement politique et qui certainement avait été bien naïve en croyant  au changement avec Ménard, avait démissionné,  avec fracas, mais non sans lucidité.

Dans une lettre que Valérie Gonthier avait rendue publique, après avoir relaté l'autoritarisme de Robert Ménard et la désorganisation des services municipaux, elle pointait  cette autre réalité :  "... Je n’ai pas rejoint Robert Ménard pour libérer la parole et offrir avec les impôts des biterrois des tribunes à tous les théoriciens sulfureux de la droite extrême, réactionnaires, royalistes et j’en passe. Pour moi, les impôts des biterrois doivent servir à créer de l’emploi et non à lancer des croisades nostalgiques de la France d’avant, de l’Algérie française ou du catholicisme traditionnel.  La provocation, la haine et les conflits n’apportent jamais rien de bon à part peut-être de cacher l’absence de résultats concrets derrière des artifices idéologiques...."

Cette  posture de victimisation et de complot affichée par Robert Ménard est un nouveau prétexte  pour tenter de rassembler autour de sa personne  et  des valeurs de l'extrême-droite la plus réactionnaire,  avec toutes ces  mouvances identitaires,  cette mouvance  anti-mariage pour tous aussi , ainsi que des courants proches de « l'Opus Dei » et de « Civitas »  (Civitas qui se veut à présent  parti politique prônant la croisade de la chrétienté,  s'affranchissant des principes de la laïcité et de la loi de 1905, dont l'objectif principal est la séparation de l'Eglise et de l'Etat . Civitas, qui fleure bon elle aussi le pétainisme,  vient d'ailleurs de recevoir un renfort notoire : Alexandre Gabriac, ancien élu FN, connu pour son fascisme et pétainisme affichés sans aucun complexe ainsi que pour son goût de l'action violente... )
Toute cette agitation de Robert Ménard a de plus en plus de mal à convaincre à Béziers. Pour cette  réunion au Palais des Congrès de Béziers, où, sous ce nouveau label,  "Les Patriotes du Biterrois",   devait s'exprimer  toute la dévotion à R. Ménard, seulement une cinquantaine de  personnes s'était déplacée, (elles auront pu se consoler avec un buffet bien garni ...) 
A noter qu' au cours de cette soirée, le leader local de l'extrême-droite a fait de nouveau  démonstration de sa conception très musclée de la démocratie : apercevant dans le public deux personnes connues pour leur investissement associatif et solidaire, Ménard lance,  de la tribune : "Virez-moi ça !".  Une expulsion qui a été accompagnée de menaces de mort proférées par des partisans de  Robert Ménard. En raison d'une démarche judiciaire engagée par ces deux personnes, nous ne rendons pas publique, pour le moment, la vidéo attestant des faits....
Béziers,  un  tremplin personnel pour Robert Ménard
La mairie de Béziers,  la quatrième ville la plus pauvre de France, sert en réalité de tremplin personnel pour Robert Ménard (ainsi que pour ses plus proches, en premier lieu  son épouse Emmanuelle Duverger, directrice de "Boulevard Voltaire",  ce site bien en vue  de la facho/réaco-sphère, qui selon un article du Monde constitue une bonne affaire financière pour le couple),  afin de se mettre en scène  dans la "bataille des idées". Ménard vient d'ailleurs lui aussi de sortir "son livre", « Abécédaire de la France qui ne veut pas mourir ».
Dans le prolongement  de « Oz ta droite », (voir le Midi Libre, mai 2016 :  Durant trois jours, Béziers sera un laboratoire de l’extrême-droite ),  ce colloque de trois jours en mai 2016,   baptisé  « les Rendez-vous de Béziers »,  où avaient été mis en vedette  toute une brochette de "penseurs"  de la scène  identitaire et des droites extrêmes  françaises et européennes   ( par ex. , Alain de Benoist, Renaud Camus, Xavier Raufer, Ivan Roufiol, Jean-Yves Le Gallou, etc...) , le maire de Béziers aimerait bien  peser sur la présidentielle de 2017. 
Surtout, il voudrait  se rendre indispensable pour les élections législatives qui vont suivre. Cherchant alliances et appuis avec des mouvements et leaders  de la droite-extrême  / extrême-droite,  R. Ménard se positionne sur le créneau de l'union  des droites dures et même très dures :  il aimerait incarner ce qu'il présente comme un lien indispensable entre le camp LR,   le camp de François Fillon,   et Marine Le Pen, à laquelle il reproche  à la fois , (très amicalement, bien sûr ... ),   de ne  pas afficher suffisamment de  fermeté sur les valeurs  traditionnelles et identitaires -en gros, le "Travail-Famille-Patrie" du Maréchal Pétain -  et ne pas avoir un discours suffisamment   libéral sur les questions économiques et  pour donner toute latitude au patronat ...
Une nouvelle fois,  de la  communication politique payée par les Biterrois
La question de la  propagande est centrale dans la politique de celui qui occupe la mairie de Béziers. Tout cela ressemble d'ailleurs beaucoup  à des détournements de fonds publics :  les moyens de la Ville, locaux, personnels, budget de communication, étant largement utilisés pour faire la promotion personnelle de R. Ménard, celle de ses amis des droites extrêmes, et aussi pour distiller stigmatisations et rancoeurs racistes. 
  -   Dernièrement , on a vu de nouveau,  dans tout Béziers,  un affichage municipal  sans aucun rapport avec l'information sur la gestion de la ville. Le Huffington Post a expliqué le procédé :

Robert Ménard détourne la campagne contre le Sida pour parler de fidélité partout dans Béziers

Certains maires ont censuré la campagne du gouvernement contre le Sida. Robert Ménard a préféré la détourner à sa façon...

 

Il était étonnant que Robert Ménard ne se soit pas encore emparé de la polémique sur la campagne de prévention du gouvernement contre le SIDA. C'est chose faite.

Après ses campagnes d'affichages sur les armes de la police municipale, sur les journalistes "en laisse" de Midi Libre, le maire de Béziers a présenté son nouvel affichage public ce dimanche 27 novembre.

Fidelite menard novembre 2016.png

 
 

Alors que plusieurs maires ont censuré les affiches qui mettaient en avant des couples d'hommes ou de femmes, Robert Ménard a préféré les détourner. En reprenant la même esthétique que les affiches qui divisent, il met en avant un jeune couple hétérosexuel dans ce qui ressemble à des tenues de mariage.

 

"S'aimer, se donner, tout donner", peut-on lire à la place des "s'aimer, s'éclater, s'oublier" et autres slogans de prévention choisis par le gouvernement. L'affichage de la ville de Béziers finit par mettre en avant la fidélité, en détournant la devise de la République.

Avant de se retrouver "partout dans Béziers", ces affiches ont déjà été partagées sur les réseaux sociaux par plusieurs comptes de catholiques ou de militants de La manif pour tous. La première version a vu le jour le 21 novembre sur le compte Twitter du Forum Wahou. Un forum sur la foi et la vie conjugale, sur "amour et sexualité dans le plan de Dieu", et "la théologie du corps".

  -  Il serait trop long de  parler  ici du quinzomadaire de propagande éhontée qu'est devenu,sous la coupe de Ménard,  le "Journal de Béziers", en principe journal municipal ... Rappelons juste ce numéro d'octobre 2015 ,  un chef-d'oeuvre de calomnies et d'incitations à la haine :A Robert Ménard , maire identitaire de Béziers et calomniateur : "L’extrémiste, c’est toi !" 
  -  Rappelons aussi  ces autres affiches apposées dans tout Béziers en octobre 2016,   contre l'accueil de quelques réfugiés, avec un montage-photo de personnes d'allure menaçante,  arabes ou africaines, sur fond de cathédrale de Béziers. Des scandaleuses  affiches d'incitation à la haine raciale que Ménard n'avait  fait retirer qu' in-extremis, à la veille d'un procès, intenté sur plainte de deux associations de Béziers ,  "Esprit Libre" et "Cultures Solidaires".
"On veut vraiment créer un clivage au sein de la population et cela est contraire à l'ordre public"
Ces deux petites associations  ( assez efficaces et dynamiques, mais constamment attaquées et calomniées par Ménard , "des communautaristes", "des islamistes" dit-il, lui et ses petites mains auxiliaires sur les réseaux sociaux) visaient aussi  des affiches municipales sur lesquelles figurait une Marianne bâillonnée et l'inscription "Migrants, sujet interdit Référendum!" et les journaux municipaux n°42 et 43. Au nom des associations, leur avocat a dénoncé des "affiches et publications de propagande" et le "discours stigmatisant" de la municipalité dirigée par Robert Ménard, élu en 2014 avec le soutien du FN.  Les associations et leurs avocats dénonçaient aussi le détournement  du journal municipal de Béziers, qui devrait être neutre et au  service des habitants, en organe de propagande raciste et personnelle du maire. Sur tous ces points, le tribunal administratif, statuant en "référé", c'est à dire en urgence , n'a pas donné tort donné  aux associations, bien au contraire,  tout en se déclarant cependant  incompétent et en leur  conseillant de s'adresser à une autre juridiction. Explications sur  Buzzfeed : Non, Béziers n’a pas «gagné» son procès sur son affiche anti-réfugiés
     - Il y a aussi les conférences et leur affichage,  pour le cycle mensuel  intitulé « Béziers libère la parole », avec à chaque fois des "intellectuels" identitaires comme Eric Zemmour, Renaud Camus, ...,  tous obsédés par le complotisme,  par les élucubrations sur le "Grand remplacement", par le "c'était mieux avant"  (du temps de la colonisation française, du temps de l'OAS  du temps du maréchal Pétain, du temps de la joyeuse guerre de 14/18, ... ),   tous dressant un tableau apocalyptique de la "décadence" , avec  la "submersion migratoire" , avec la libération des moeurs,   avec les prénoms arabes dans les écoles et les kébabs,  avec la musique exotique  et les cultures du monde, ..., et appelant à une restauration et à des chefs à poigne pour "remettre de l'ordre".
Le prochain invité de ce genre-là  sera Philippe de Villiers, et ce pour la seconde fois. Il viendra faire la promotion de son dernier livre,  le 6 décembre.  Sur l'affiche exposée partout dans Béziers, on voit en gros caractères le mot « Résistance » (encore un détournement, une tentative pour embrouiller les références et les esprits)  et en dessous,  le visage de De  Villiers  avec le titre de son livre « Les cloches sonneront-elles encore demain ? ». Une fois de plus,  il sera  donc encore question de religion et de stigmatisation de l'islam...
_______________________________
 Comme dit plus haut, le bateau municipal de Robert Ménard tangue de plus en plus,  non seulement  parmi ses soutiens initiaux, devant  ses inconséquences,  son opportunisme, ses foucades,  son agressivité, sa recherche constante du buzz et de soutiens, mais aussi parmi les habitants de la ville, dont le  mécontentement monte aussi . On s'aperçoit que Ménard  ne propose rien, mis à part sa promotion personnelle et politique, mis à part  la division et  la stigmatisation.
De plus, dans des catégories sociales et professionnelles diverses ( les enseignants, les professions du secteur social ou culturel, les "habitants des quartiers", les employés  municipaux, ...), on fait entendre de plus en plus fortement une autre voix,  une résistance, pour défendre des principes de respect, de tolérance, de solidarité, de justice sociale. Tout cela fera sans doute l'objet d'un autre article...
 
RAPPEL  et exemple : Robert Ménard est vraiment très éclectique dans la recherche de soutiens et de la  publicité. Ainsi, en mai 2013, il  donnait  une "conférence" au local à Paris du groupe fasciste "Troisième Voie". Groupe dont plusieurs membres ont été  impliqués  dans le meurtre du jeune Clément Méric, le 6 juin 2013 à Paris.

 

image009.png

 



08/12/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres