Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Après l'agression contre des jeunes communistes à Grenoble, rassemblement le 30 octobre

Rassemblement de protestation

mardi 30 octobre à 18H00

à l'angle de la rue Denfert Rochereau et du cours Berriat àGrenoble.

 

Dauphiné Libéré du 22 Octobre 2012 :

 

Six jeunes communistes grenoblois ont été agressés vendredi soir “par des militants qui se revendiquent de l’extrême droite”, annonce ce lundi la Fédération de l’Isère du Parti communiste français.
Selon Jérôme Marcuccini, le secrétaire départemental du PCF, les jeunes militants étaient réunis dans le local du parti -dans le quartier de la gare- lorsqu’ils ont été insultés et menacés une première fois par un groupe d’une dizaine de militants d’extrême droite, qui ont tenté de les déloger de leur local, en vain.
Plus tard dans la soirée, les six jeunes militants ont quitté le local et sont “tombés dans un traquenard”, selon le PCF.
Les agresseurs, armés de barres de fer et de matraques, ont poursuivi les jeunes communistes, les bloquant à l’intersection de la rue Denfert-Rochereau et du cours Berriat, où des activistes de l’ultra-droite ont l’habitude de se réunir en fin de semaine.
Les jeunes communistes, selon le PCF, ont alors été passés à tabac, l’un d‘entre eux étant atteint “d’une fracture importante du nez”. 
“De tels agissements sont totalement inacceptables dans notre République.  Celles et ceux qui les commettent salissent la France comme d’autres avant eux la déshonoraient du temps de la collaboration fasciste avec l’occupant nazi”, commente encore le PCF.

 

 

Déclaration de la Fédération de l’Isère du Parti communiste français :

Vendredi 19 octobre dans la soirée, six jeunes communistes ont été la cible d'une agression méthodiquement planifiée par des militants qui se revendiquent sans ambiguïté possible de l'extrême droite et des mouvances proches du Front National. Piégés, molestés à coup de barres de fer et de matraques, l'un d'entre-eux souffre d'une fracture importante au nez.


Surveillés toute une partie de la soirée, les jeunes qui se réunissaient dans nos locaux ont d'abord été confrontés à une première tentative d'agression qu'ils ont été en capacité de maîtriser sans heurt. Toutefois, il apparaît du traquenard dans lequel ils sont tombés quelques minutes plus tard alors qu'ils rentraient chez eux, que cette première attaque n'était rien d'autre qu'une tentative de les déloger, de les poursuivre et d'attenter à leur intégrité physique et morale.
Piégés rue Denfert Rochereau, les six jeunes militants ont d'abord cherché refuge dans un pub à proximité immédiate mais celui-ci a refusé de les abriter. Ce n'est qu'après le déversement d'un torrent de propos racistes, d'insultes et de menaces de morts, de tentatives de mettre celles-ci à exécution que les jeunes ont compris que leurs agresseurs étaient clients du bar dans lequel on les appelait à reprendre « sagement » leurs beuveries.


De tels agissements sont totalement inacceptables dans notre République. Celles et ceux qui les commettent salissent la France comme d'autres avant eux la déshonoraient du temps de la collaboration fasciste avec l'occupant nazi. Bien que l'Histoire nous en éloigne, la montée de la haine raciale et la banalisation du discours socialisant et nationalisant du Front National, comme la banalisation politique et médiatique de leurs idées, de leurs discours, nous conduisent lentement vers l'embrasement de la société.
Communistes et Républicains, nous luttons encore et toujours pour la fraternité et l'unité de celles et de ceux qui subissent la violence et l'oppression du système de l'esclavage de l'Humain par l'Humain.
Solidaires des jeunes agressés et résolus dans le combat contre la haine, le racisme et la violence, nous invitons celles et ceux qui partagent cet horizon, à un rassemblement pacifique mardi 30 octobre à 18H00 à l'angle de la rue Denfert Rochereau et du cours Berriat à Grenoble.

________________________________

 

Solidarité après l'agression des militants des JC à Grenoble.

Il faut interdire les groupes néofascistes !

Ras L' Front-Isère condamne fermement l'agressions de six militants des Jeunesses Communistes par des groupes fascistes, voulant imposer les méthodes des milices néonazies d'Aube Dorée en Grèce.


Dans la soirée du 19 octibre 2012, alors qu'ils tenaient une réunion dans le local de la fédération du PCF de l'Isère, ses six jeunes militants ont été pris à partie par des individus violents et revendiquant leur appartenance à l'extrême-droite. Evitant le piège, ils ont malheureusement été rattrapés en rentrant chez eux au niveau de la rue Denfert-Rochereau. Ils ont ensuite cherché à se réfugier dans un barqui a refusé de les accueillir, préférant déverser des propos racistes et des menaces de mort. Les agresseurs étaient clients du bar. Les six militants de la JC ont ensuite été molestés à coup de barres de fer et de matraques. L'un d'entre-deux souffre d'une fracture importante au nez.

 

Saccage à Lyon du local de la fédération du PCF du Rhône par des activistes du GUD et de l’Oeuvre Française, un groupuscule néonazi, occupation du chantier de la Mosquée de Poitiers, déploiement par 2 élus de Rhône- Alpes ( Benedetti et Gabriac) d'une banderole "Foutons les dehors! " devant une mosquée à Beauvais, ....  : les agressions fascistes, les encouragements à la violence et à la haine raciale se multiplient, et prennent une tournure inquiétante. Il faut que cela cesse.

 

Les autorités doivent identifier les agresseurs. François Hollande doit dissoudre leurs organisations, il en a les moyens.

 

"Identitaires", "Jeunesses Nationalistes", "Troisième Voie", "Parti de la France", etc... : tous ces groupes  sont le versant "dur" et sans fard du lepénisme, le complément dans "l'action directe" aux discours racistes du Front National. Des discours que l'on voit  repris de plus en plus fréquemment, et mot pour mot, à l'UMP. Ces groupes néofascistes  sont même, et de plus en plus souvent,  des inspirateurs directs de ces discours.

 

En 1936, le Front populaire réclamait la dissolution des ligues factieuses. Ce combat reste plus que jamais d'actualité.

 

Par solidarité avec les victimes et pour dénoncer cette situation, le Parti Communiste appelle à un rassemblement le mardi 30 octobre à 18h à l'angle de la rue Denfert Rochereau et du cours Berriat à Grenoble.

Soyons aussi nombreux que possible pour développer la vigilance et riposte unitaire afin de ne pas les laisser agir en Isere et en France et en Europe.

 



23/10/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres