Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Brutale offensive des droites. Résistances, solidarités, unités antifascistes et antiracistes à déployer.

Surtout depuis septembre,  se développe  une très forte et brutale offensive raciste et fascisante,  focalisée essentiellement autour du sujet "Migrants", mais qui déborde largement en d'autres attaques contre toutes formes d'actions et d'associations, de syndicats ou de partis luttant pour mettre en oeuvre ou  défendre les solidarités sociales. 

C'est une offensive conjointe  des droites extrêmes  : Identitaires (empruntant diverses étiquettes)  + FN  + une part importante de LR, çàd la droite dite "classique". 

Une violente offensive  qui se déroule dans les discours comme dans les actes.

 

Commando anti-étrangers à Bastia .  Si les réunions de la Cimade en Corse   les 24 et 25 octobre se sont déroulées paisiblement à Ajaccio et à Corte, il n’en a été pas de même à Bastia le 26 octobre. Quand la conférence-débat animée par Jean-Pierre Cavalié, responsable Sud-Est, allait commencer, un commando de 15 à 20 personnes a pénétré dans la salle de Lupino, s’est regroupé et a commencé à vociférer : « Nous sommes le VNC-Vigilance nationale corse ; il y a assez d’Arabes… assez d’étrangers… on prend le fusil. » Ils continuaient à hurler : « Nous ne voulons pas d’étrangers en Corse. »

Bien sûr, il n’y avait aucune possibilité de s’exprimer normalement ou de s’expliquer, ce qui fait qu’au bout d’un certain temps nombre de participants ont finalement quitté la salle. J’espère seulement que la population réagisse à temps pour que cette vermine ne se montre pas davantage.

La Cimade continuera son action et le RESF continuera à s’occuper des sans-papiers qui sont malmenés et bafoués tous les jours par ces gens qui faisaient partie de ce commando.

Merci de permettre à vos lecteurs de se rendre compte des agissements des gens qui prétendent parler au nom de tous les Corses.

Publié sur le site de Lutte Ouvrière = Nos lecteurs écrivent : commando anti-étrangers à Bastia, 04 Novembre 2015

 

La CIMADE est une très ancienne  association de solidarité avec les migrants, les réfugiés et les demandeurs d'asile.  Venant au secours des persécutés par les nazis et par leurs  collaborateurs pétainistes, la Cimade a été une composante importante de la Résistance ->  l'histoire de la Cimade 

 

 

Agressions et intimidations en grand nombre

L'agression en Corse  contre une réunion organisée par la CIMADE n'est qu'ue  tentative d'intimidation parmi de nombreuses autres, si nombreuses qu'il est impossible de toutes les recenser ici.
A Calais, agressions physiques, très violentes, contre des migrants, ainsi que contre des militants associatifs.

Dans l'Allier, menaces physiques, proférées via le site de "Riposte [ prétendument] Laïque" contre  les représentants de la FSU et de RESF, suite à une manifestation de solidarité avec les migrants.

Dans le Morbihan, intimidations, menaces et intox contre un projet de lieu d'accueil pour demandeurs d'asile à Sérent (tout cela a plus ou moins réussi, puisque ce projet de CADA a été abandonné ou du moins reporté).

Dans le Rhône, à Saint-Geniers d'Ollier,  occupation d'un lieu d'hébergement prévu pour des familles roms par les néofascistes du Bloc Identitaire, une action organisée en  coordination avec le Front National, et avec la complaisance du maire DVD ainsi que celle de la presse locale (Dauphiné Libéré).

A Besançon, attaque d'une librairie libertaire. A  Angers, expédition de groupes fascistes pour © Page twitter @OnFermeFranceperturber une réunion du NPA.  A Nantes, tentative d'incendie d'un bâtiment dans lequel des migrants avaient trouvé à s'abriter.

Incendie criminel d'un dépôt du Secours populaire à Brives , accompagné d'un message anti-migrants et pro-FN. Par le biais des réseaux sociaux, des identitaires encouragent à multiplier les actes de vandalisme contre les locaux d'associations humanitaires, Secours catholique ou populaire, Cimade, France Terre d'Asile,  ... et même contre la Banque Alimentaire  ->Qui se cache derrière les vandales racistes et anti-migrants de "On ferme" ?
Etc  ..........

 

FN , Idenditaires et sarkozistes : la même musique anti-migrants, les mêmes incitations à la haine
La Cheffe FN avait indiqué le tempo à toutes les droites, lors de "l'Université d'été" du Front National début septembre à Marseille : en digne héritière de son son fasciste de père, elle avait lancé, devant les nombreuses caméras braquées sur elle, un très violent discours, entièrement consacré  à attiser les peurs et haines anti-migrants, truffé  de grossiers mensonges, employant à dessein le mot de "clandestins" à la place de réfugiés ou demandeurs d'asile,  enchaînant quelques jours après  sur le retour des "invasions barbares", "comme au IVème siècle", etc. On s'abstiendra ici de recenser les innombrables déclarations et propagandes haineuses des cadres et militants FN, ni celle des  groupes et associations néofascistes satellites du Front National.

Réfugiés Penelle FN.pngPenelle, le leader FN en Bretagne a indiqué très concrètement  à toutes les droites et extrêmes-droites la voie à suivre, çàd. "dénoncer commune par commune ces élus qui veulent imposer aux habitants des populations étrangères composées de faux réfugiés ". Le communiqué de ce dirigeant FN comporte certes une répétition en boucle des  falsifications  éhontées du FN, mais il vaut aussi consigne  clairement donnée aux troupes lepénistes :  recourir à tous les moyens possibles, sans oublier les intimidations physiques, et en utilisant toutes les étiquettes possibles avec lesquelles les extrêmes-droites ont pour habitude de se présenter et de se déguiser .

 

Du côté des sarkozystes de  LR, "Les Républicains" (sic),  on n'est pas en reste sur le FN. Sarkozy nous avait raconté des  histoires de "fuites d'eau" pour parler des migrants  risquant leur vie pour traverser la mer.  A LR,  des histoires de "race blanche" s'en sont suivies,  qui venaient également  en écho différé  des histoires du temps du quinquennat de Sarkozy et de ces campagnes électorales , par exemple ces histoires  d'identité nationale et de racine judéo-chrétiennes mises en danger par ...  Etc.

 

Cette propagande, souvent couplée à des intimidations n'est pas sans effet. Ainsi, dans les Vosges le maire (divers droite et qui insiste pour rappeler qu'il est un ex-gendarme) de la petite commune de  Etival-Clairefontaine refuse l'accueil d'une quinzaine de migrants en provenance de Calais dans une bâtiment  privé et vacant. "Ce sont des hommes, jeunes, ... des heurts avec la population sont à craindre" : on comprend facilement   les sous-entendus, les fantasmes racistes sur lesquels joue ce maire. 

 

De la parole aux actes, chez les sarkozystes aussi

En concordance avec les discours, les politiciens LR mettent également en oeuvre des mesures-buzz,  destinées à ostraciser, stigmatiser, et à flatter les penchants racistes de l'électorat. A Châlon-sur-Saône, le maire sarkozyste bannit les plats de substitution  sans-porc des cantines, prétendument pour protéger la laïcité. Dans la Drôme, le Président LR du Conseil Départemental,  est très fier de son buzz démagogique et xénophobe : il fait savoir un peu partout qu'il a décidé de supprimer le (très modeste) budget prévu pour l'intervention d'interprètes das les Centres médico-sociaux, "pour lutter contre le communautarisme" affirme-t-il sans rire.

Dans le Gard, par un vote commun des élus de "droite classique"  et Front National au Conseil départemental, la subvention destinée au fonctionnement des organisations syndicales de salariés a été supprimée. L'opération a suscité la colère et l'indignation de tous les syndicats, de l'Unsa, de FO, jusqu'à Solidaires, qui rappellent que leurs moyens matériels sont dérisoires, que leurs locaux tombent en ruine,  et que ce budget est consacré à 90 % non pas à l'action revendicative, mais à des conseils individuels auprès des salariés ou au travail de documentation et suivi pour des instances comme l'URSAAF, Pôle Emploi, ou la CAF. ->Objectif Gard : Plaidoyer des syndicats pour retrouver leurs subventions

 

Multiplication des falsifications, trucages et intox pour semer le racisme

En support ou en complément  à ces discours devant  caméras et micros, les extrême-droites se sont mis à fabriquer et à diffuser à une échelle quasi industrielle  de multiples trucages et intox  dans le but d'utiliser et d'inciter à la peur et à la xénophobie. Ces intox sont bien sûr très souvent reprises et propulsées par le FN-canal officiel et médiatique,  mais on les voit également propagées, sciemment,  par des politiciens  LR comme Pierre Lellouche.

 

Fait nouveau semble-t-il,   et inquiétant : on a même vu ce genre de trucage et falsification  confectionné sciemment par un journal "normal",  ce  petit hebdo breton,  "Le Ploermailais".

Ce trucage fabriqué dans une presse "normale" venait en concordance avec les pressions et intimidations, orchestrées par les extrêmes-droites contre un projet de lieu d'hébergement pour les demandeurs d'asile, dans un bâtiment vide situé dans la commune de Sérent  (Morbihan).

Malgré la mobilisation spontanée d'habitants de la région pour la solidarité avec les migrants, Préfet et maire ont reculé devant les menées de l'extrême-droite, et reporté sinon abandonné  ce projet de CADA, dont pourtant tout le monde s'accorde à dire qu'ils sont en nombre très insuffisants.

 

unes-ploermelais-sèvreLa photo modifiée du »Ploermelais » et le véritable cliché dans « L’Hebdo de Sèvre-et-Maine »,

deux journaux faisant partie de la société Publihebdos.

 

Offensive démagogique  des droites,  renoncements de la "gauche" au gouvernement : l'exemple des "permissions de sortie"

Ces mêmes droites, s'appuyant sur leurs réseaux au sein de la Police, se sont déchaînées encore au sujet des "permissions de sorties", redoublant leurs habituelles  attaques contre Taubira, mais aussi contre les détenus, qui font souvent partie des pauvres et des exclus.

Alors que Christiane Taubira n'est pour rien dans cette loi, votée en 2004. Alors que ces permissions de sortie, accordées au compte-goutte, favorisent une meilleure réinsertion, permettant  à des condamnés ayant purgé leur peine de sortir du cycle de la délinquance et de la récidive. Alors que sur les quelques 55 000 prisonniers qui,  chaque année bénéficient d'une  autorisation de sortie temporaire,  accordée  pour des motifs de réinsertion familiale ou professionnelle, seuls 0,5% ne rejoignent pas la prison en temps et en heure. 

Sur ce sujet-là aussi, comme souvent, le  gouvernement Hollande-Valls a choisi la couardise face à la démagogie des droites.  Il a suffit d'un fait- divers et que des syndicats policiers épaulés par les droites manifestent devant le ministère de la Justice, pour que Valls annonce ... une loi afin de réviser le régime des permissions. 

Ces renoncements  expliquent largement les graves incidents de Moirans,  qui ont fait suite au refus de permission de sortie d'un détenu, dont la famille demandait qu'il puisse assister à l'enterrement de son frère. Le refus de ce simple geste d'humanité par les autorités judiciaires et préfectorales a très probablement été engendré  par cette énième reculade d'une "gauche" toujours aussi veule devant l'offensive réactionnaire.

Après la folle explosion de colère des gens du voyage de Moirans causée par cet aveuglement et recul gouvernemental,  les droites ont eu tout loisir, FN et LR inclus, pour décupler leur  discours de panique et de démagogie  sécuritariste, et pour gagner en influence dans les esprits et sur le terrain.

-> Metronews : Non, Taubira n'est pas plus laxiste que la droite : la preuve en chiffres


" L'exemple" de Béziers , avec l'extrême-droite au pouvoir :  toutes les composantes de cette offensive des droites.

Sans faire le bilan d'un an et demi de "fascisme municipal", voici les faits marquants de ces seuls deux derniers mois.


-  En septembre,  ce fameux trucage-photo en Une  du Journal [municipal] de Béziers, Journal de Robert Ménard, en réalité  : "Ils arrivent", à propos  des réfugiés,

-  Appuyé sur les Identitaires, qu'il fait travailler pour lui à la mairie de Béziers, notamment ce vieux routier de l'action-propagande néofasciste, André Yves Beck , dont il a fait son Directeur de cabinet, lui confiant ainsi toute la main-mise sur les services de la Ville,   Ménard et sa clique ont enchaîné avec l'ignoble vidéo -buzz d'intimidation physique contre des réfugiés syriens.

-  Fort de ses provocations qui font les délices de médias tels que BFM ou RMC, invité une ènième fois sur les plateaux télé, Ménard annonce qu'il refusera de scolariser les enfants de migrants. 
-  Ensuite, ce fut une tentative d'intimidation des enseignants, Ménard déclarant qu'il se faisait fort de "faire déplacer" un instit' qui avait eu le tort de refuser le saluer pendant qu'il déjeunait. 

-  Aux abords de la mosquée, trois  fois de suite en quelques jours,  apparaissent des slogans "Islam dehors",  accompagnés de croix gammées et de slogan "Vive le FN".
Marseillaise CM servi par soi meme.jpg-  Les associatifs sont expulsés avec brutalité du Conseil Municipal de septembre, la presse est expulsée elle aussi et la séance se poursuit à huis-clos, sous l'agressivité et les insultes délirantes de Ménard. "Les journalistes, vous vous taisez, ça suffit !" ..."Vous êtes un salopard, un menteur et une crapule !" (à Aimé Couquet, élu PCF)..."Non, je ne vais pas me calmer !" ...  "Vous sortez, si vous n'êtes pas content !" (à un élu LR)... "Elie Aboud, assieds-toi" (autre élu LR) -> télécharger l’intégral du PV officiel du Conseil Municipal de septembre 2015

A noter qu'en fin de réunion de ce Conseil Municipal, en dépit de la pesante ambiance que faisait peser la brutalité et l'autoritarisme échevelé de  Robert Ménard, des élus d'opposition ont fait capoter un vote portant sur des travaux à entreprendre,  projet présentant un risque de prise illégale d'intérêt, car l'une des propriétaires concernée est une élue appartenant à la faction Ménard ...

 

Lors d'une cérémonie, le 26 septembre, "en hommage aux harkis" (sic), Ménard dévoile et  déroule une nouvelle fois toute son idéologie, directement inspirée par ses amis racialistes et néofascistes, les Identitaires :   " (...) Notre France entrait tête basse dans l'ère de la consommation, dans l'ère de l'individualisme, de l'égoïsme, de l'oubli de l'autre. Nos soldats d'Algérie, nos Harkis, sentinelles de l'Occident, avaient donc défendu en vain la frontière, les frontières de l'Empire. Les frontières de notre civilisation. Une digue avait sauté, et c'est nous-mêmes qui avions mis les explosifs.Cet abandon de l'Afrique du Nord allait avoir de terribles conséquences. A la colonisation allait succéder une contre- colonisation de peuplement. (...)"

-  En octobre, parution d'un nouveau numéro du journal de propagande du fascisme municipal, avec un torrent de calomnies et délations dans le style de Minute, que Robert Ménard et son fasciste de Directeur de cabinet  déversent sur ces mêmes personnes, ces personnes qui ont le tort de maintenir leur engagement dans des actions de solidarité associatives et par conséquent, de résister  à la politique ménardienne de divisions sociales et raciales.

    -> isère-antifascisme,19/10/ 2015 : A Robert Ménard, maire identitaire de Béziers : "l'extrémiste, c'est toi !"

-  Quelques temps après, ces mêmes personnes, ainsi qu'un élu PCF,  reçoivent des menaces de mort signées KU KUX KLAN.
-  Ensuite , c'est le Centre Social Arc en Ciel (situé dans le quartier de la Devèze) qui est contraint d'annoncer sa fermeture,  Ménard lui ayant coupé les crédits.
-  Encore un buzz lancé par Ménard, au sujet des boutiques de kébabs....  On peut certes  sourire de cette  croisade de Ménard  contre '"l'invasion par les kebabs"  pour défendre "nos valeurs judéo-chrétiennes en péril".   Mais c'est bel et bien une nouvelle provoc' raciste que Ménard lance, cherchant en parallèle à occuper le plus possible d'espace dans les médias. De plus est à l'oeuvre là encore  une volonté de stigmatisation et d'intimidation de toute une population.  Cette  offensive-là, sur les kebabs et autres boutiques "exotiques" et pas assez "françaises",  était d'ailleurs initiée depuis longtemps,  dans les franges de l'extrême-droite la plus dure, les Identitaires notamment,  qui sont d'ailleurs relativement habiles et précurseurs dans leur tactique de stratégie d'influence en direction de toutes les droites.

Et puis, sans faire de comparaison  et similitude excessive et simpliste, n'oublions pas les campagnes nazies dans l'Allemagne des années 1930 contre les "commerces juifs"...  Les néofascistes, eux ,  n'ont  pas oublié ce sinistre exemple historique.

 

 

L'exemple de l'Allemagne : une extrême-droite  virulente et violente,  tout en jouant elle aussi la carte "dédiabolisation"

Les droites extrêmes  savent fort  bien se  passer des frontières nationales , pour s'inspirer et se stimuler mutuellement d'un pays à l'autre.

 

Avec sa stratégie d'occupation de la scène électorale et médiatique,  le Front National est en quelque sorte  un "modèle" qui inspire "les collègues" de l'extrême-droite allemande. Le vieux NPD, parti-croupion qui n'a jamais caché sa filiation néonazie, avait toujours eu bien du mal à être présent sur le terrain électoral.

Il n' est pas complètement exclu  qu'un parti plus récent fasse office de fédérateur et cheval de Troie de l'extrême-droite, à l'instar du FN français : il s'agit de  "Alternative pour l'Allemagne" (AfD), parti qui se présentait initialement comme europhobe. 

L'AfD est à présent l'un des moteurs de la virulente offensive de l'extrême-droite, qui se déroule à la fois sur le terrain de la peur et haine des réfugiés, à la fois sur le terrain identitaire et racialiste, agitant l'épouvantail identitaire, bien connu en France,  de "l'islamisation" et du  "complot du Grand Remplacement" [de population].

En parallèle à cette tactique politique, copiée de la France, néofascistes et racistes allemands ont recours à une multitude de provocations et d'agressions contre les migrants, ainsi que contre tous ceux qui oeuvrent à la solidarité.

L'action violente, et même les attentats mortels sont  d'ailleurs une "tradition" de l'extrême-droite allemande: on se souvient  par exemple de l'affaire de la "cellule NSU", un groupe raciste et terroriste, qui s'était livré à pas loin d'une dizaine de meurtres, la plupart des victimes étant des immigrés, turcs, gérants de boutiques de kébabs.  Ce groupe terroriste avait durant de longues années bénéficié de l'impunité, grâce à l'aveuglement et même la complaisance de la police.

Cette violence a redoublé avec ce que les médias nomment "la crise des réfugiés". La police a déjà recensé, pour l'année 2015 en cours,  le chiffre de 576 exactions racistes,  essentiellement contre des migrants et lieux d'accueil pour les réfugiés -> L'Express :  Allemagne: l'accueil des migrants s'accompagne d'une hausse de la xénophobie

Le 17 octobre, la candidate "indépendante" à la mairie de Cologne  (qui avait reçu le soutien des chrétiens-démocrates de Merkel ainsi que celui des Verts allemands ), est poignardée sur un marché : Henriette Recker était connue pour son engagement dans la solidarité avec les réfugiés ....  (tout en étant encore soignée à l'hôpital, H. Recker a été élue maire). L'agresseur n'a pas fait mystère de ses motivations racistes, mais la police a eu un peu de mal à l'admettre, comme à vérifier son CV : il s'agissait nullement d'un déséquilibré, mais  d'un vieux routier des mouvances néonazies allemandes et ce sont les antifascistes allemands qui ont dû fournir  ces informations que la police peinait à dévoiler -> La Horde : Allemagne : la candidate à la mairie de Cologne grièvement blessée par un néonazi

 

Ce constat établi  dans la presse allemande devrait nous alerter, nous aussi en France :
«La peur des étrangers attisée par la désinformation qui circule sur les réseaux sociaux a désormais prise sur les milieux bourgeois, même auprès de ceux qui avaient jusqu’ici peur des néonazis», s’inquiète le magazine Der Spiegel dans un éditorial. Sur les 106 crimes ou délits d’extrême droite élucidés au cours des derniers mois, les deux tiers des personnes incriminées n’avaient eu jusqu’alors aucun contact avec la mouvance d’extrême droite.  -> Libération , 2/11/ 2015 : En Allemagne, nouveau week-end de violences contre les réfugiés

 

 A n'en pas douter, entre les extrêmes-droites allemandes et françaises, une sinistre émulation réciproque est donc en cours. Des deux côtés du Rhin, on développe une tactique assez habile d'occupation de l'espace médiatico-électoral, couplée à une tactique de déversement d'intox et libération de la parole raciste et fascisante, tout cela étant complété, aiguillonné et concrétisé par l'action et la pression violente.

 

La récente tentative d'incendie à Nantes d'un lieu  où des réfugiés avaient trouvé un abri, est encore une autre illustration de l'escalade en cours.

 

On comprend la rage des bénévoles humanitaires et associatifs de Calais, devant l'aveuglement ou la lâcheté préfectorale et gouvernementale : de nouveau, le Préfet n'a pas interdit, malgré les alertes lancées, une ènième manifestation-support d'incitation à la haine et à la violence directe. A cette nouvelle manif à Calais du dimanche 8 novembre,  se joignaient des groupes satellites du FN, auxquels le FN confie volontiers la sous-traitance du racisme et de la violence la plus débridée. Mais selon les dires du  préfet, tout cela  ne présentait pas de risques pour l'ordre public !

Pas de trouble à l'ordre public, vraiment ? Voyez donc, M. le Préfet,  ce compte-rendu et ces images  -> La Voix du Nord, 8/11/2015 :Calais : une centaine de personnes au rassemblement anti-migrants

 

Revue de presse, non exhaustive et  sans autres commentaires :

 

 9 septembre, Ouest France : Réfugiés. En Bretagne, le FN veut dénoncer les élus qui les accueilleront

10 septembre 2015, Metronews : Migrants : une semaine d'intox sur Internet

11 septembre 2015, Libération : Réfugiés : Nicolas Sarkozy et la libre circulation de l'intox

14 septembre 2015, France TV : Migrants : six intox qui ont circulé ces dernières semaines

14 septembre 2015, France 24 : Comment des internautes créent l'intox autour des images de migrants

15 septembre, Révolution permanente : Migrants. Le FN, retour dans l’infâme en vue des régionales

18 septembre 2015, L'Obs : Non, ces réfugiés ne sont pas des djihadistes infiltrés

23 septembre 2015, Libération: Mosquée de Fréjus : le coup de provoc de David Rachline

26 septembre 2015, Hérault Tribune : BEZIERS - Robert MENARD rend hommage aux Harkis

29 septembre 2015, Rue89-Lyon : A Lyon, la question des réfugiés excite l’extrême droite radicale

30 septembre 2015, HuffingtonPost : Menus sans porc: la fin du repas de substitution définitivement adoptée à Chalon-sur-Saône

1er octobre 2015, Libération : «Ratonnades» en série chez les migrants de Calais

9 octobre 2015, Midi-Libre : Béziers : des slogans islamophobes tagués près de la mosquée

10 octobre 2015, L'Info Antiraciste : Sérent : les anti-migrants harcèlent la mairie, faisons les taire.

12 octobre 2015, Syndicat National des Journalistes  : Le Ploërmelais : truquer les photos pour attiser les peurs

14 octobre 2015, Metronews : Non, Taubira n'est pas plus laxiste que la droite : la preuve en chiffres

14 octobre 2015, LDH : Refuser les permissions de sortir, c’est vouloir maintenir les personnes détenues en dehors de la société !

15 octobre 2015,  Isère Antifascisme : Qui se cache  derrière les vandales anti-migrants de "On ferme !"

19 octobre, Le Parisien : Villejuif : « colère et inquiétude » après l’attaque du local communiste

19 octobre 2015, isère-antifascisme : A Robert Ménard , maire identitaire de Béziers et calomniateur : "L'extrémiste, c'est toi !" 

21 octobre 2015,  La Horde :  Besançon : la librairie l’Autodidacte attaquée par des néonazis

22 octobre 2015 Sud Ouest  : Brive (19) : incendie criminel et injures racistes au Secours populaire

24 octobre 2015, Metronews : Des identitaires occupent un futur centre d'insertion pour Roms près de Lyon

24 octobre 2015, Objectif Gard : Plaidoyer des syndicats pour retrouver leurs subventions

26 octobre 2015, La Horde  : Corse : agression contre la CIMADE à Bastia

27 octobre 2015, Rue89-Lyon : Action anti-Roms près de Lyon : le FN sous-traite l’activisme aux identitaires

28 octobre 2015, Rue89 : « Calais va mourir » : pour les exilés, Séverine a trouvé les mots

30 octobre 2015, isère-antifascisme : "Danger des interprètes dans les centres médico-sociaux" : démagogie xénophobe de Patrick Labaune, président LR de la Drôme

31 octobre 2015, Midi Libre : Béziers : le centre social Arc-en-ciel ferme ses portes

2 novembre 2015, Le Monde : Réfugiés et aides sociales : les intox de Pierre Lellouche 

3 novembre 2015, communiqués : Dans l'Allier, menaces contre le représentant de la FSU  et contre la responsable de RESF

5 novembre 2015, Réseau angevin antifasciste : Angers : Tentative d’intimidation au meeting du NPA

6 novembre 2015, CCIF : Projet de loi anti-mosquée de Jacques Bompard, député-maire identitaire d'Orange

6 novembre, Slate : La kebabisation malheureuse, ou la version gastronomique du «Grand remplacement»

7 novembre, I-Télé : A Paris, le cirque tzigane Romanès victime de racisme

8 novembre, France Inter : Une commune des Vosges s'oppose à la venue de migrants de Calais

8 novembre 2015, Ouest-France : Nantes : Deux cocktails Molotov jetés dans le squat des migrants

9 novembre 2015, Métronews : À Hénin-Beaumont, le FN chasse le Secours Populaire du marché de Noël

10 novembre 2015, France 3 : Un groupe anti-migrants s'attaque à la Banque Alimentaire du Cher et au Secours Populaire

 

 Résistances, solidarités, unités antiracistes et antifascistes  à déployer

 

On ne peut qu'approuver la conclusion d'un article du 17 septembre d'Alain Pojolat, (membre du NPA) ,  son avertissement / appel :

 

On peut sourire lorsque Marine Le Pen prétend qu’Éric Zemmour ferait un bon ministre de la Culture, s’esclaffer des énormités proférées par Nadine Morano, railler les pitreries du maire de Béziers qui, affublé de son écharpe de maire, vient insulter des migrants, leur signifiant qu’ils ne sont pas les bienvenus, ricaner du ralliement au FN du dirigeant des jeunes actifs des Républicains...
Mais le cynisme et la relativisation sont souvent l’expression de l’impuissance. Les anticapitalistes ont une responsabilité politique immense dans l’issue de la bataille engagée en soutien aux migrants. De notre capacité à organiser la riposte aux offensives actuelles de l’extrême droite pourrait bien dépendre notre avenir politique.

 

Crédit Photo:  Photothèque Rouge / Franck Houlgatte
 

Il n'est pas possible, dans ce présent article,  de faire état de toutes les pistes et actions à déployer pour mettre en oeuvre les  ripostes face à cette brutale offensive des droites extrêmes, pour déployer les solidarités et résistances.  A titre indicatif, (ou d'inspiration ?)  on se limitera à mentionner les réponses données à  l'agression contre la réunion de la Cimade à Bastia.

 

Communiqué CIMADE

 (....)  Un groupe d'une vingtaine de personnes a monopolisé la parole pour faire passer un message qui tient en peu de mots : « nous ne voulons pas d'étrangers en Corse », prétendant ainsi parler au nom de tous les Corses. Parmi ces personnes, certaines ont fait état, légitimement, de leur propre précarité et de leur désespérance devant le peu de propositions qui sont faites pour résoudre leurs problèmes d'emploi et de logements. Ils souhaitaient se faire entendre. Nous les avons écoutés. D'ailleurs, parmi les membres et les sympathisants de la Cimade qui étaient réunis là, nombreux sont ceux qui sont investis, aussi, dans la lutte contre la précarité et les injustices en Corse, au profit de ses habitants. Nous nous sentons donc profondément solidaires de ces situations.

Ce qui nous préoccupe pourtant : c'est la présence de personnes venues là, en « commando » et envoyés par on ne sait qui, pour empêcher la réunion, avec d'autres intentions : elles ne souhaitaient pas l'instauration d’un dialogue. Leur intérêt est de voir les exclus se battre entre eux. Nous ne partageons pas leur désir manifeste de scinder la société en deux blocs antagonistes, ni leur culture de la violence et de la haine et nous voulons le dire avec force et tranquillité. Ce n'est pas notre vision de la Corse et nous sommes certains que nombreux sont ses habitants qui partagent notre point de vue.

Dans son histoire la Corse est une terre d’accueil. Nous poursuivons notre engagement pour une Corse solidaire et accueillante avec toutes les associations, et toutes les personnes de bonne volonté qui souhaitent se joindre à nous pour construire un réseau solide et efficace. Le délégué de la Cimade reviendra donc très prochainement pour contribuer à la mise en place de ce réseau. Nous appelons l'ensemble des citoyens à s'engager pour une Corse « terre d'accueil et d'humanité»

 

Communiqué MANCA ALTERNATIVA (socialistes, autogestionnaires et démocrates corses)

(....)  Nous assistons aujourd’hui à la formation d’embryons de véritables Sections d’Assaut qui commencent par vouloir museler les associations et demain, s’en prendront directement aux militants syndicaux et politiques. Pour celles et ceux qui en douteraient, les réseaux sociaux sur Internet montrent l’état d’esprit de ces personnes qui sont en train de se fédérer et de dépasser le cadre groupusculaire.

 

C’est bien une guerre qu’ils entendent livrer, non seulement aux étrangers responsables selon eux de tous nos maux, mais aussi à ceux qu’ils appellent les « bobos», « droitsdelhommistes » ou « mondialistes » et à propos desquels des appels réguliers à la haine, voire au meurtre sont proférés sans hésitation.

 

Que chacun prenne la pleine mesure des événements qui se déroulent en ce moment même sous nos yeux. Trop nombreux sont les responsables politiques qui ne se positionnent pas ou ont une attitude ambiguë face à ces phénomènes au nom d’un calcul électoraliste hélas bien connu qui consiste à ne pas se brouiller avec une partie de leur base électorale ouvertement raciste. L’heure n’est plus aux tergiversations. Chacun est comptable aujourd’hui de ce que sera la société corse de demain.

 

Nous appelons à la mobilisation la plus large pour la défense des libertés individuelles et collectives en Corse contre les dérives racistes et fascistes. Cette mobilisation doit transcender certains clivages et regrouper tous les Corses d’origine et d’adoption qui ne veulent plus laisser la rue et l’espace public à l’extrême-droite raciste. Toutes celles et ceux qui sont attachés au principe de liberté doivent se regrouper et préparer une réponse à la hauteur du péril, que ce soit au nom de convictions politiques, culturelles, religieuses ou spirituelles. Cette mobilisation ne peut être un fait partisan ou symbolique, elle doit être bien préparée dans le cadre collectif le plus approprié et représentatif.

 

Communiqué  VIA (Vouloir, Imaginer, Agir )

Les idées racistes s'expriment de plus en plus sur la sphère publique sans complexe. Le drame syrien avec l’afflux en Europe de réfugiés de guerre devient la tribune d'individus haineux. Un groupe d'une vingtaine d’individus prônant la xénophobie s'est cru autorisé à perturber une réunion de la Cimade. Refusant tout débat avec les militants dévoués à l'aide aux migrants, ils ont empêché la conférence-débat de se dérouler selon le programme prévu. La Corse terre d’accueil et d'humanité voit ainsi bafouer ses traditions. Ces individus proches de l’extrême droite développent les préjugés sur les migrants mais aussi prônent un repli sur soi inquiétant . Ce manque d’humanité devant la souffrance et la misère nous indignent, cette violence verbale nous montre que le combat pour la dignité et la libre circulation des hommes ont été trop longtemps négligés. Aussi nous appelons l'ensemble de citoyens a un sursaut moral et à adhérer au réseau d'hospitalité.

Europe Ecologie Les Verts - Manca Alternativa- Ensemble - Nouvelle Donne

Une autre Corse est possible / Una Corsica di sulidarità è di fratellanza  Femula inseme

 Ni Le Pen 2014.jpg



09/11/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 95 autres membres