Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Fontaine (Isère) : après les propos anti-roms de l'élu FN, colère et mobilisation antiraciste et antifasciste pour défendre les solidarités

 

"Solidarité avec tous les démunis, avec tous les discriminés", "Les Roms ne sont pas des déchets !", "Ni Le Pen, ni ses idées !" : les affichettes et pancartes brandies, le 27 mars, lors du Conseil Municipal de Fontaine (agglomération Grenoble)  portaient un message très clair. 

 

Un mois auparavant, en plein Conseil municipal, l'élu FN Franck Sinisi, avait tout bonnement proposé :  « Pour loger les Roms, je pense qu’il pourrait y avoir un auto-financement. La Métropole devrait leur payer le dentiste afin de récupérer leurs dents en or ».

Récupérer les dents en or, chacun le sait, c'est ce que faisaient les nazis dans les camps de concentration et d'extermination , sur les morts comme sur les vivants....

 


Des réactions de la municipalité (majorité PCF) qui ne banalisent pas ces scandaleuses déclarations et qui soient à la hauteur de cette provocation à la haine raciale et de cette apologie de crime contre l'humanité, ont été hésitantes et lentes à venir : un adjoint au maire, Laurent Jadeau le reconnaissait d'ailleurs lui-même, à demi-mots, dans ses réponses au Dauphiné Libéré, le 17 mars. Le maire, dans une lettre  à l'élu à lepéniste, cosignée par les représentants des des groupes PS  et LR de la municipalité,  lui demandait des "excuses".

 

Et pour cette nouvelle session du Conseil Municipal du 27 mars La Patate Chaude / Des droits pour les Rroms  et Ras L'Front Isère/ Réseau de Lutte contre le Fascisme avaient appelé à  se rendre devant la mairie, avec affichettes, pancartes,  et diffusé  ce communiqué :

Fontaine 10.jpg" .... Il est regrettable que jusqu'à présent, les  réactions n'aient pas été à la hauteur de la gravité de ces propos, prononcés dans une instance officielle. 
Le maire a adressé un courrier à cet élu lepéniste, pour lui demander de "s'excuser"pour ses "propos injurieux", à l'occasion du prochain Conseil municipal du 27 mars. 
En  fait, plutôt que des demandes d'excuses, ce sont des poursuites judiciaires qui doivent être engagées, pour des déclarations qui ne sont pas de simples injures mais une provocation à la haine raciale ainsi qu'une apologie de crimes contre l'humanité, une apologie des crimes nazis en l'occurrence. Nous souhaitons que la Mairie de Fontaine ainsi que les associations antiracistes agissent en ce sens, et déposent plainte  ...."
".... Derrière sa vitrine médiatico-électorale, le fonds de commerce du Front National ne consiste qu'à attiser la haine raciste et à masquer son programme antisocial en cherchant à dresser  des catégories de pauvres contre d'autres catégories de pauvres. (...)
Mais il ne faut pas oublier que le FN   se sent conforté par des années de politiques et de matraquages médiatiques de stigmatisations et de discriminations,  les rroms étant traités comme des déchets, faisant des migrants des indésirables, jetant la suspicion sur tout ce qui est peu ou prou immigré ou musulman.
Il est grand temps de faire savoir haut et fort le rejet de ces politiques de haine raciste, de défendre la solidarité avec tous les démunis et tous les discriminés.  "


IMG_0308.JPGC'est ainsi que, devant la mairie, et  aussi  durant le Conseil municipal , la présence antiraciste et antifasciste a été fort  visible et audible.
Tout comme celle d'associations rt de personnes engagées pour le droit au logement pour tous ou pour la dignité des Roms,en plus de RLF Isère  et de la Patate Chaude  et de jeunes antifascistes :   le MRAP, Roms Action, Un Toit pour Tous, le Secours Catholique, des membres de la Paroisse de Fontaine. Des habitants de la commune et aussi des familles roms  de Fontaine étaient également présents.

 

La détermination était d'autant plus forte que le  samedi 25  mars, on avait appris qu'un habitant de Fontaine, (Edouard Schoene, ancien élu) ainsi que le MRAP avaient déposé plainte.

 

Après avoir laissé s'exprimer des représentants  de ces associations, le maire, Jean-Paul Trovero,  a ouvert le Conseil  en donnant lecture de la  lettre  de demande d'excuse, puis la parole a  été donnée à l'élu FN. Franck Sinisi s'est alors embarqué dans des explications piteuses, qui ont soulevé de plus belle l'indignation  :

J’ai bien conscience que mes propos du 27 février ont pu être mal interprétés et mal retransmis. Il est bien évident que je n’ai jamais eu la moindre intention de porter atteinte à la communauté roms et aux gens du voyage. »

Source : article Conseil municipal tendu à Fontaine suite aux propos anti-Roms tenus par un élu FN | Place Gre'net - Place Gre'net

 "Mes propos du 27 février ont pu être mal interprétés et mal retransmis. Il est bien évident que je n’ai jamais eu la moindre intention de porter atteinte à la communauté roms et aux gens du voyage." En clair, tout ça est la faute des antiracistes,  qui sont des mal-comprenants ...

 "Je suis moi-même français de troisième génération mais d’origine italienne. Et de voir mon nom, Sinisi, ce patronyme italien,  sur toutes les presses et sites internet suscite aussi l’indignation du peuple italien dans le monde entier."

Nouvelles huées dans la salle devant cette pitoyable tentative pour se faire passer pour la victime. De plus,  "les italiens du monde entier" derrière lesquels s'abrite Sinisi  sont certainement  beaucoup plus indignés par les scandaleux  propos de ce descendant lepéniste d'immigrés  que par l'écho médiatique et les réactions qu'ils ont suscités. 

 

Assis, au premier plan: le FN Franck Sinisi"Etre encore et encore  assimilé au fascisme et rendu coupable d'une époque heureusement révolue. Ce peuple italien a aussi souffert pendant les deux guerres mondiales. Le mot fascisme représente l'histoire d'un peuple. Il est aujourd'hui une insulte.  Je demande aux associations que l'histoire des italiens soit jugées par les italiens eux-mêmes".

De nouveau, des propos pour le moins ambigus, invoquant l'histoire du fascisme italien sans clairement et absolument le condamner. Et cela ne pouvait qu'excéder encore un peu plus la salle : un  "Laisse-les italiens tranquille !" est lancé, fort à propos.

 

Mais dans la salle bondée, la colère atteint un nouveau pallier quand l'élu FN développe les clichés de la propagande d'incitation à la haine raciale : " Des personnes ne peuvent plus payer leur taxe d'habitation et doivent souvent vendre leurs bijoux de famille. Je n'ai voulu qu'être le porte-parole de ces gens, qui s'étonnent que certains soient dispensés de taxe d'habitation, ou vivent dans des logements offerts par la collectivité, ou semblent s'offrir des véhicules et caravanes." 

Bref, la tactique constante du FN : chercher à dresser des catégories de pauvres contre d'autres catégories de pauvres, et déverser le poison raciste contre les roms, contre les migrants, etc, en prétendant qu'ils sont des privilégiés, des profiteurs, des voleurs, et à l'origine de toutes les difficultés. Là, devant cette persistance à insuffler le racisme, c'en était vraiment trop: il s'en est suivi un long moment de cris ,  "Sinisi, démission !"

 

Pour le maire aussi, la coupe était pleine. "Je ne souhaite plus vous donner la parole, vous aggravez votre cas !" Et certainement inspiré par l'indignation générale dans la salle ainsi  que par les deux précédents dépôts de plainte, JP Trovero termine ainsi sa réponse:  "Je vous dis officiellement que vos excuses ne m'intéressent plus et je saisis le procureur de la République pour qu'il donne une suite à cette affaire."

Cette déclaration du maire a  été accueillie par des applaudissements unanimes et nourris, et une nouvelle séance de "Sinisi, démission ! Dégage !" ....

 

Des sanctions pour l'élu municipal FN ? C'est plutôt tout le FN qu'il faut sanctionner !

On le sait, au Front National, il est tout à fait toléré que des cadres comme des militants et adhérents de base distillent des idées racistes ou fascisantes. La seule règle  est que cela reste discret et ne soit pas révélé publiquement,  en dehors des cercles du FN et de la fachosphère. D'ailleurs le pétainisme et le racisme, tout comme le rejet viscéral de principes élémentaires comme "Liberté-Egalité-Fraternité" (même s'il y a très loin entre leur affichage et leur réalisation !) imprègnent profondément le FN.  Voir par ex :  Témoignages d'anciens militants frontistes : les mensonges, les manipulations et le racisme du FN

 

De plus la Cheffe du FN et tous les dirigeants du parti , même en essayant de donner une image  "apaisée" et "dédiabolisée", ne cessent de désigner dans leurs discours tout ce qui est plus ou moins assimilé  à roms, gens du voyage, migrants, immigrés, musulmans, etc comme un péril, comme une "submersion", comme des profiteurs  vivant à nos crochets, comme des ennemis s'attaquant sournoisement à "notre civilisation et nos racines ancestrales".

D'ailleurs, le programme électoral du FN propose d'inscrire très officiellement, dans la loi, toute une série de mesures de discrimination et de ségrégation, baptisées "préférence nationale" : voir ici, tract de RLF 38/ Ras L’ Front

 

Il ne faut  donc pas s'étonner qu'à la base lepéniste, on se sente encouragé à reprendre ces classiques thématiques de l'extrême-droite, et qu'on se laisse aller à tomber les masques, avec des propos sans fard, haineux et sordides. Quand on ne passe  pas à l'intimidation et à la violence directe, comme à Domène (agglo de Grenoble) où une boulangerie a subi un saccage raciste en règle, le propriétaire de la boutique ayant la peau noire ...


IMG_0306.JPGLes propos scandaleux de Sinisi ayant été révélés par la presse locale et nationale, il fallait bien que les autorités du FN réagissent et se démarquent, parlant d"une "brebis galeuse, comme il y en a partout".Comme d'habitude en pareil cas, contraint par les questions de la presse, le FN a voulu se sortir de ce mauvais pas en  donnant une image de M. Propre qui ne craint pas de faire le ménage dans ses rangs : il a annoncé que la Commission de discipline du parti examinerait le cas de l'élu de Fontaine.

Mais d'emblée, dans les réponses-même du Secrétaire général, Nicolas Bay, on devinait de l'indulgence pour les propos de Franck Sinisi, qualifiés de digression et d'humour : "Pas trop de digressions de cette nature, ce n'est pas très bienvenu". "Je pense que c'était de l'humour, mais de l'humour de mauvais goût." (Lyon-Capitale).

Le responsable du FN-38 allait encore plus loin dans la connivence, parlant de maladresse dans la forme, mais approuvant le fond, (évidemment, c'est celui du FN !), c'est à dire présenter, contre toute réalité,  les roms et autres discriminés comme des privilégiés, au détriment des "français qui travaillent et ont des difficultés".  (Le Dauphiné Libéré, 17 mars 2017).

 

Quelques jours après ce mémorable Conseil Municipal,  France 3 a interrogé Franck Sinisi. "Je tiens à dire que j'ai été remis à l'ordre par le Front National. Je tiens à dire aussi que je n'ai pas été influencé pour la tenue de ces propos par le Front National, et qu'ils viennent de ma propre personne." Manifestement, l'élu FN de Fontaine, après cette mobilisation antiraciste et antifasciste,  a dû obéir à la consigne que ses dirigeants et la "commission de discipline" lui ont dit d'exécuter : présenter des excuses un peu plus formelles, mais surtout et avant tou t: dégager de toute responsabilité le Front National. On ne sera pas dupe, évidemment.

Il est donc fort possible que le FN solde ainsi l'affaire et n'aille pas plus loin dans les "sanctions". Il est même possible que le FN continue à se faire représenter à la municipalité de Fontaine par le biais de cet élu ...

 

Discussion  sur les campements roms, sur le  logement et l'insertion sociale pour tous les personnes en précarité

Le site d'informations locales, Place Gre-Net, a publié un article assez complet sur cette séance du Conseil municipal.

On y lit, entre autres :

 

Stabiliser les conditions de vie des Roms. Telle est la préconisation du dernier rapport de Romeurope. Ce que toutes ces associations et collectifs essaient de mettre en place depuis longtemps. « Il faut une sortie par le haut, en permettant aux gens d’avoir un petit peu de mieux, estiment les membres du collectif La Patate Chaude. C’est la seule façon pour eux d’arriver à la marche suivante. » Et de fustiger certains maires. « [Ils] disent souvent “on va expulser parce qu’on va pas laisser les gens vivre comme ça”, mais c’est un mensonge. En expulsant, ils recréent des bidonvilles. Si on leur détruit la première marche, ils ne peuvent pas avancer. »

Source : article Conseil municipal tendu à Fontaine suite aux propos anti-Roms tenus par un élu FN | Place Gre'net - Place Gre'net

Stabiliser les conditions de vie des Roms. Telle est la préconisation du dernier rapport de Romeurope. Ce que toutes ces associations et collectifs essaient de mettre en place depuis longtemps. « Il faut une sortie par le haut, en permettant aux gens d’avoir un petit peu de mieux, estiment les membres du collectif La Patate Chaude. C’est la seule façon pour eux d’arriver à la marche suivante. »

Et de fustiger certains maires. « [Ils] disent souvent “on va expulser parce qu’on va pas laisser les gens vivre comme ça”, mais c’est un mensonge. En expulsant, ils recréent des bidonvilles. Si on leur détruit la première marche, ils ne peuvent pas avancer. »

Le collectif, avec la collaboration de Roms action, de l’évêché et du soutien financier de la Fondation Abbé Pierre, a proposé un projet pour reloger ces personnes, rue Pierre Courtade. Et ce dès juillet 2014. Le projet consistait en l’achat de caravanes ou de mobile-homes, entièrement financés par la fondation Abbé Pierre.

Du côté de la mairie, cela demandait une viabilisation du terrain, c’est-à-dire de construire un système pour l’eau et l’électricité mais aussi de mettre en place le ramassage des ordures. Une affaire qui a traîné et qui est restée sans réponse de juillet à décembre. En attendant, « les associations disaient aux habitants du camp de ne pas construire de cabanes pour ne pas faire tomber le projet à l’eau. Ils ont suivi de juillet jusqu’à décembre. Ils étaient dans des tentes alors qu’il pleuvait, ils ont joué le jeu » et « lorsqu’on est allés à la Métro, ils nous ont dit que ça n’allait pas se faire car ça bloquait à [la mairie de] Fontaine »,


Une satisfaction, provisoire et partielle, a été obtenue. En réponse aux  interventions associatives devant ce Conseil municipal, le maire a assuré : « Il n’y aura pas d’expulsions si on reçoit une fin de non-recevoir officielle de la métropole et de l’État. »

 

NB : Une représentante d'association a fait une intervention très précise et claire, pointant les défaillances de la Métropole (c'est à dire la communauté d'agglomération grenobloise) en matière de logement, surtout pour les gens en situation de précarité. Le rédacteur de ce présent article  n'a pas pu prendre note de ces explications. Précisions possibles et bienvenues, par le biais de CONTACTS, en haut des pages de ce site..

 

 

roms on va dire que.jpg



30/03/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres