Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Hautes-Alpes : mobilisation le 9 juillet contre le camp des fascistes de Jeune Nation

 

« Jeune Nation », ni ici, ni ailleurs.  

Rassemblement et pique-nique pour la Mémoire et la Liberté Samedi 9 juillet à 11h à Barret-sur-Méouge  

 Nous avons appris l’organisation d’un camp de « Jeune Nation » se réclamant de thèses révisionnistes dans la Vallée de la Méouge du 11 au 17 juillet prochain. Ces convictions néonazis heurtent profondément la sensibilité des habitants-es du Buëch et d’ailleurs, qui refusent leur présence sur notre Terre. Au-delà nous refusons la banalisation des idées et des pratiques destructrices de l’extrême-droite. Nous n’acceptons pas de voir nos forêts transformées en camp d’entrainement para-militaire.  

Nous dénonçons la passivité de la préfecture face à cet évènement qui constitue de fait un trouble à l’ordre public, et véhicule des propos et des actes répréhensibles.  

Afin de refuser cette présence, nous appelons la population à réaffirmer son soutien aux valeurs et aux engagements de la Résistance pour la Liberté et la République. Nous invitons à une mobilisation populaire le samedi 9 juillet en participant à un rassemblement festif, créatif et résistant. A 11 heures, hommage aux Résistants à la stèle du Maquis Morvan à Barret-sur-Méouge suivi d’un pique-nique tiré des sacs sur la place.  

Assemblée Nuit Debout du 24 juin à Laragne-Montéglin   

Contact : piratesdebout@ntymail.com 
 

ImageLe Buëch n’est pas une terre de révisionnistes.  

Le camp de jeunes pétainistes doit être interdit  

Différentes sources d’information ont rendu publique de l’organisation d’un camp de jeunes nationalistes dans le département. Emues par cette perspective, les associations de résistants, et notamment l’association mémoire de résistance en haute-baronnies, ont découvert le lieu tenu discret de ce rassemblement d’un autre âge : Salérans dans les vallées de la Méouge et du Buëch   

« Ce rassemblement ne peut se réclamer du domaine strictement privé » affirme le Mouvement de la Paix. « L’objectif affiché de réhabiliter le maréchal Pétain n’est pas anodin » poursuit l’association. « Outre l’affront que cela constitue vis-à-vis des très nombreuses victimes de la collaboration, une telle motivation s’inscrit dans une remise en cause des procès qui ont condamné le dirigeant de la France de Vichy ».  

Ce camp de jeunes est une insulte aux valeurs de la République. Une visite sur le site « Jeune nation » ne laisse aucun doute sur la nature révisionniste de ces auteurs. « Comment de tels propos ne sont pas interdits ? Comment de tels sites peuvent encore avoir pignon sur rue ? » questionne l’association pacifiste.  

Aussi le Mouvement de la Paix considère que ce rassemblement est un trouble à l’ordre public. « Nous demandons au Préfet des Hautes-Alpes d’interdire ce rassemblement » et de prendre les dispositions en ce sens afin de faire respecter les décisions de justice de la Libération. Au moment où le gouvernement affirme lutter contre les extrémismes, l’Etat ne peut pas laisser s’organiser ce camp.  

Le Mouvement de la Paix, et notamment son comité du secteur Laragne-Vallée du Buëch, souhaite la mobilisation citoyenne la plus large. Il s’inscrit dans une démarche citoyenne de rassemblement pour défendre les valeurs de la République.

  LE MOUVEMENT DE LA PAIX        Comité départemental des Hautes-Alpes  

 

Jeune nation 05.png

Télécharger l'article du Dauphiné Libéré

 

"Jeune Nation" est une appellation annexe des "Jeunesses Nationalistes" et de "L'Oeuvre Française",  à l'idéologie fasciste et pétainiste revendiquée, au virulent racisme, antisémite comme anti-musulman et anti-immigrés,  sans oublier une homophobie débridée.

En raison de  leurs violentes et répétées incitation à la haine,  ces organisations sont en principe "interdites", depuis un décret de dissolution pris durant l'été 2013. Leurs deux dirigeants, Alexandre Gabriac et Yvan Benedetti,  qui avaient été élus  sur des listes FN en Rhône-Alpes,  sont poursuivis pour  "reconstitution de ligue dissoute".

Entre autres condamnations, Gabriac vient d'écoper de deux mois de prison ferme, pour avoir tenté d'organiser en septembre 2012 une manif d'incitation à la haine raciale.

Et pourtant, ces néofascistes poursuivent leurs activités. Ainsi, on avait vu Benedetti,  à la tribune d'un rassemblement de Sauvons Calais lancer des appels à la violence directe contre les migrants.  On a vu aussi récemment Jeune Nation lancer une campagne d'affiches cherchant à justifier le régime de Pétain. Il est probable que ces mêmes fascistes soient de nouveau mêlés à un rassemblement anti-migrants qui a été annoncé pour le 2 juillet à Dieppe.

Parfois en alliance, parfois en rivalité avec un autre mouvement néofasciste issu du Front National, le "Parti de la France", ils ambitionnent de relancer le "Parti Nationaliste Français",  sur lequel   le site antifasciste La Horde nous a donné des informations , voir  l'article intégral  :

".....L’organigramme du parti y a été présenté : le fils du SS Henri Simon, Jean-François Simon, fait office de président de papier, et André Gandillon de secrétaire. Pour ne pas tomber sous le coup de la loi pour reconstitution de ligue dissoute, Benedetti n’y figure pas, bien que son rôle dans l’organisation soit centrale.
Dans la salle, une centaine de personnes, la plupart des têtes connues des différentes sections de l’OF  (Lorraine nationaliste, Lyon nationaliste, Franche-Comté nationaliste, etc. qui ont commencé depuis à se renommer PNF Lorraine, PNF Lyon, etc.) ont écouter une brochette de « personnalités » se succéder à la tribune : les antisémites pathologiques Jérôme Bourbon (du journal Rivarol), Hervé Ryssen et Daniel Conversano, les invités étrangers du Jobbik hongrois, de la Phalange espagnole et d’Aube dorée, et bien entendu les cadres de l’ex-Œuvre française, Yvan Benedetti en tête. Élie Hatem, de l’Action française, était également à la tribune, là aussi sans surprise, puisque c’est un habitué des initiatives publique de l’Œuvre française.
Enfin, Jean-Marie Le Pen, fidèle à sa stratégie consistant à la fois à emmerder sa présidente de fille qui l’a poussé vers la sortie et à se poser en rassembleur de tout ce que l’extrême droite compte de nostalgiques en tout genre, s’est fendu d’une petite lettre de soutien......."

 7 octobre 2012, devant une salle de prière musulmane en construction Beauvais. Benedetti, Gabriac avec Thomas Joly ("Parti de la France",  ancien responsable FN)  et des crânes rasés du coin, les "Picard Crew".

Afficher l'image d'origine

Avril 2012, en Italie,  Gabriac faisant le salut fasciste, lors  d'une cérémonie en "hommage" à Mussolini.

 

Mai 2012 : Le FN et ses relations avec le fasciste Gabriac et ses amis : un autre cas révélateur

Les Inrocks, avril 2013 : Les Jeunesses nationalistes, les ultras de la Manif Pour Tous

Le Monde, juillet 2013 : Dissolution de l’Oeuvre française, plus ancien groupe d’extrême droite en activité

Libération, septembre 2014 : Calais : les néonazis dans le viseur



28/06/2016

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres