Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

L'antisémitisme sur internet : permanences et évolutions

Le MRAP avait produit un 2009 un rapport, très documenté : Internet, les enjeux de la lutte contre le racisme. Rapport MRAP, 2009

Des militants du MRAP ont actualisé ce travail et ont publié en décembre 2012, sur le site Repères Antiracistes une enquête sur l'origine de l'antisémitisme présent sur l'internet francophone.

 

Certains auteurs, en général très pro-israéliens ( Alain Finkielkraut par ex) soutiennent que l'antisémitisme actuel provient surtout de sites ou milieux favorables aux droits des palestiniens ou se référant à  l'Islam.

Or, l'examen de la  "fachosphére antisémite" (de langue française, tout du moins)  publié par Repères Antiracistes aboutit à cette conclusion : "...les sites antisémites en langue française sont très majoritairement étrangers à l'islam et au soutien à la cause palestinienne..."

 

 

 

 

Dans le relevé  effectué par ces observateurs  antiracistes, on note d'ailleurs que ces sites à l'antisémitisme prononcé sont les continuateurs  de la vieille tendance raciste anti-juive française, celle de Drumont (à l'époque de l'Affaire Dreyfus, au 19ème siècle), celle de Maurras et des ligues fascistes des années 30, celle des pétainistes, ... ou du Front National qui faisait  encore en 2012,  à la tribune de ses meetings,  l'apologie du collaborateur Brasillach.

Toutefois, on remarque une évolution : ces sites très antisémites  incitent souvent aussi à la haine raciale "anti-arabes", "anti-musulmans", ou plus exactement,  à tout ce qu'ils amalgament derrière ces mots.

 

Voir aussi, sur la stratégie générale de l'extrême-droite pour diffuser ses idées sur des sites "grands publics " : Comment l'extrême-droite utilise l'internet pour s'implanter dans les esprits et le pays

________________________________

 

Repères Antiracistes, novembre-décembre 2012 :

 

L'antisémitisme sur Internet (12) : conclusion provisoire ?

 

L'antisémitisme sur Internet (1): Une méthode de recherche

L'antisémitisme sur Internet (2) : ceux que le judaïsme obsède (1)

L'antisémitisme sur Internet (3): ceux que le judaïsme obsède (2)

L'antisémitisme sur Internet (4): la "fin du monde blanc" (1)

L'antisémitisme sur Internet (5): la "fin du monde blanc" (2)

L'antisémitisme sur Internet (6) : "la fin du monde blanc" (3)

L'antisémitisme sur Internet (7) : les satellites (1)

L'antisémitisme sur Internet (8) : les satellites (2)

L'antisémitisme sur Internet (9) : les satellites (3)

L'antisémitisme sur Internet (10) : les satellites (4)

L'antisémitisme sur Internet (11) : du coté des anti-impérialistes

 

Et les sites pro-palestiniens ?

S'ils ne sont pas mentionnés, c'est tout simplement parce qu'ils n'apparaissent que très rarement, ils bénéficient en moyenne de 1 à 3 liens entrants, alors que la solidarité avec le Kosovo1 serbe bénéficie de 25 liens entrants et la solidarité avec l'opposition iranienne de 122.

La solidarité avec la Palestine n'est qu'un argument subsidiaire et accessoire pour les antisémites3.

Alors, où sont les antisémites ?

Seuls les sites référencés par au moins huit autres ont été étudiés. La technique d'analyse privilégie en elle-même les sites liés directement ou indirectement ceux liés aux mouvances radicales d'extrême-droite. Le fait que peu de sites islamistes4 aient été décelés de cette façon met d'ailleurs à mal l'idée de filières « nazislamistes ».

Il faut signaler quelques uns des moins référencés :

Au moins huit sites différents ont été créés par Hervé Ryssen et quatre par Boris Le Lay, qui n'ont rien à voir avec l'islam, pas plus que le délirant « Shumule ».

Club acacia, France éternelle, propagandes.info référencent le forum nazi Stormfront.

Il existe donc bien sur la toile un antisémitisme « souchien », qui, lorsqu'il a besoin de références religieuses, va les chercher dans le catholicisme intégral ou le néo-paganisme, pas dans l'islam.

Les arguments de propagande des sites d'Ahmed Rani, opposant marocain établi en Suède, s'inspirent plus des « Protocoles » et des textes voisins que du salafisme djihadiste.

Certes, des sites islamistes antisémites ont été recensés, mais ils sont beaucoup moins nombreux. L'étude de Marc Knobel, mentionnée en introduction, cite notamment Ansar-Alhaqq, qui publie trois textes sur le Djihad, dont un de Sayyed Qotb5 et l'autre de Ayman al Zawahiri, le successeur de Ben Laden. Notre base de données en contient également une douzaine d'autres, dont certains ont disparu6.

Néanmoins, notre première analyse est que les sites antisémites en langue française sont très majoritairement étrangers à l'islam et au soutien à la cause palestinienne. Et que la plupart de leurs auteurs sont des « souchiens ».

 

Alors pourquoi mettre l'accent sur les autres ? Volonté de criminaliser certaines options politiques et religieuses ? Mettre en valeur les dérives criminelles chez ses adversaires politiques est un procédé efficace et vieux comme le monde. Ne volontairement retenir qu'elles n'est pas honnête, mais très courant.

Mais ce qui est grave, c'est de faire comme si les mêmes appels au meurtre, à la haine, venant d'autres horizons, n'existaient pas. L'antiracisme borgne, et c'en est un, doit toujours être condamné.

Mohamed Merah avant trouvé sa motivation dans ces sites islamistes radicaux. Anders Breivik faisait référence à Alain Finkielkraut dans son manifeste et sa vidéo reproduisait des dessins du belge Stéphane Bergol.

Si demain, un Breivik « français de souche », nourri des textes antisémites ultra-catholiques ou néo-païens énumérés ci-dessus, se prend pour le sauveur de la civilisation blanche et/ou chrétienne et fait un carnage, il ne faudra pas dire que nous ne savions pas.

 

Tarek Sandal

 


PS. Un autre article traitera plus spécifiquement de deux cas particuliers : Silvia Cattori et Alain Soral.

1 Solidarité Kosovo, animée par l'identitaire Arnaud Gouillon-Borella.

2 Iran-resist.

3 Par exemple, 3 liens sur les 182 que propose le site antisémite lhddt. Parmi les 3, un pro-Hamas et les deux autres sans contenus contestables.

4 L'étude n'a que peu porté sur les sites de partage de vidéos, les comptes Twitter, Facebook.

5 Leader de la tendance insurrectionnelle et violente des Frères musulmans égyptiens. Pendu en 1966 par le régime nassérien.

6 Le Parti des musulmans de France, de Mohamed Latreche, qui alliait un discours islamiste et des liens avec l'extrème-droite, n'a plus de site en ligne et ne fait plus parler de lui.



03/12/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres