Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Le Fontanil (agglo de Grenoble) : le 15 juin, "Pas en notre nom !", contre la xénophobie et pour la solidarité

Le Fontanil-Cornillon, une jolie petite ville riche, (3000 habitants),   aux portes de Grenoble ...

 

Afin d'y héberger temporairement une petite centaine de réfugiés, l'Etat a racheté l'hôtel Formule 1, comme il l'a fait dans d'autres endroits en France  pour y abriter soit des personnes  en manque urgent de logement, soit des demandeurs d'asile ou migrants.

 

Fin avril, le maire LR du Fontanil ainsi que des patrons de la Zone Industrielle lancent une pétition pour s'opposer à cette solidarité et à cette rationalité élémentaires.

Peu importe que les charges de ce futur CADA (Centre d'accueil de demandeurs d'asile) soient assumées sur le budget de l'Etat  et non pas par la commune, le maire et ces patrons ne rechignent pas à attiser fantasmes xénophobes et racisme.

A leur tour, ils emboîtent ainsi allègrement le pas à la propagande internet et aux intox de la fachosphère (1), ainsi qu'au Front National, qui avait lancé une vigoureuse et démagogique campagne baptisée "Ma commune sans migrants !" : c'était notamment à l'automne 2016, quand il s'agissait de "relocaliser les migrants de Calais" dans des CAO (Centres d'accueil et d'orientation).

 

Comme par exemple à St Hilaire du Rosier (Isère) :  FN et racistes divers s'étaient déchaînés et avaient utilisé peurs xénophobes et intimidations directes. Il y avait même eu des coups de fusil contre le centre de vacances géré par un organisme social issu de l'EDF et qui était prévu pour cet hébergement transitoire de réfugiés et migrants.

 

Et que ce soit à Saint-Hilaire, ou dans toutes les autres communes où on été ouverts ce genre de lieu d'accueil, et en dépit de ces honteuses campagnes racistes, on s'est aperçu bien vite que la solidarité humaine fonctionne, que migrants et réfugiés ne sont pas des sauvages, et que bien souvent, ils apportent beaucoup à la vie des communes, non seulement en  terme d'échanges et d'ouvertures humaines, mais souvent aussi pour l'économie locale, avec des commerçants ravis par ce complément de clientèle... Un exemple, parmi beaucoup d'autres : dans cette commune de la Loire : A Saint-Denis-de-Cabanne, les migrants font de bons voisins  (Libération, 18 décembre 2016)

 

Solidarité totale donc, avec ces habitants du Fontanil, qui refusent de céder aux discours racistes et agressifs !

 

(1) Deux exemples de ces multiples bobards et intox racistes fabriquées et diffusées par la fachosphère et qu'on agite aussi au Fontanil :

Non, une retraitée n'est pas expulsée de son logement pour «faire place aux migrants» (Libération, octobre 2016)

L’homme qui frappe ces infirmières n’est pas un migrant mais un ivrogne russe (FranceTV Info, mars 2017)

_________________________________________

Le 15 juin  à 18h,  au Fontanil-Cornillon, le collectif "Pas en notre nom" organise une réunion d'information, avec des élus de l'opposition du Fontanil, afin d'expliquer et dédramatiser ce qu'est  l'accueil des réfugiés aux yeux de personnes qui n'ont entendu que les propos du maire et de gens xénophobes.
Cette démarche solidaire aurait pu se dérouler normalement depuis le début,  c'est à dire dans une confrontation civilisée où il n'y aurait eu qu'une lutte contre des préjugés........
 Mais nous ne vivons pas  dans une société de bisounours car depuis le début, le maire en tête a chauffé les esprits les plus rétrogrades et violents pour s'opposer à l'accueil des réfugiés.
 Le collectif " Pas en notre nom" a donc décidé d'organiser cette réunion du 15 juin, mais c'est sans compter sur les racistes qui mènent la danse au Fontanil et qui ont averti de leur intention d'aller à cette réunion citoyenne et certainement pas dans la même perspective d'information et de lutte contre les préjugés, étant donné la façon dont ils ont traité les gens du collectif la première fois. Il y a eu dépôts de plainte pour les menaces et les injures...
Dans ce climat qui révèle  la nature raciste et fascisante d'une frange de population qui ne veut absolument pas de solidarité avec les migrants, qui ont en font même un combat, comme le FN ou les identitaires ou encore la droite style Wauquiez ( Dupont Ferrier au Fontanil), cette affaire du Fontanil  appelle à un soutien de la part de toutes celles et ceux qui veulent un monde de solidarité.
Venez nombreux le 15 juin à 18h ,  Résidence de la Mutualité.
Autrement dit:  salle Play Bach, rue du Rafour, Le Fontanil

Salle anciennement appelée "salle de la résidence mutualiste", à l’entrée de la résidence de retraite mutualiste, en face de l’espace associatif Jean Yves Poirier, près du parc.

Par le  Tram E : terminus, arrêt "Palluel"

 

En plus des 3 élus d'opposition initiateurs de cette  discussion publique et mise au point du 15 juin, des associations spécialisées donneront également des explications : CIMADE, APARDAP (Association de Parrainage Républicain des Demandeurs d'Asile et de Protection) et ADA (Accueil Demandeurs d'Asile)

_________________________________________________

 

Nice-Matin / Agence France Presse -2 mai 2017 :

(.....)

La France a placé sous protection 36 553 demandeurs d’asile, (+35%),  selon l’Office français de la protection des réfugiés et apatrides (Ofpra).

Selon l’Ofpra, plus du quart des demandes (29%) débouchent sur une mesure de protection, voire même 38% en comptant les décisions prisent en appel.

Résultat, la France est le quatrième pays d’Europe à placer le plus de demandeurs d’asile sous protection, derrière l’Italie et devant l’Autriche.

Mais, en proportion de sa population, l’Hexagone dégringole à la 13e place sur 28 avec seulement 525 migrants placés sous protection pour 1 million d’habitants.

En prenant en compte le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse, la France perd encore trois places. A l’inverse, l’Autriche (3e), la Belgique (6e) et la Finlande (7e) sont, de ce point de vue, bien plus accueillants.

 

 

Le Dauphiné Libéré, 30 mai 2017 :

 Le Fontanil-Cornillon
Accueil des demandeurs d’asile : échanges houleux entre les “pro” et les “anti
Dialogue de sourds hier soir à propos du Programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile (Pradha)
Tenants du “Sauvegardons Le Fontanil” contre partisans des “Fontanilois solidaires”. Ludovic Didierlaurent et Liliane Guillet , élus de l’opposition municipale et favorables à l’accueil de ces demandeurs d’asile, se sont exprimés mais sans convaincre grand monde, Mme Guillet remportant un franc succès en brandissant un petit guide intitulé “Lutter contre les préjugés sur les migrants”. « Je suis plus pragmatique qu’angélique, mais si vous trouvez assez de gens pour se mobiliser et que l’accueil des demandeurs d’asile se passe bien, je ferai mon mea culpa », a assuré le maire . Les entrepreneurs ont, eux, rappelé la dangerosité de la ZI à cause des nombreux camions
 
http://s-www.ledauphine.com/images/365A50FC-5A65-4309-86E9-53B38C70CD2B/LDL_V0_06/tenants-du-sauvegardons-le-fontanil-contre-partisans-des-fontanilois-solidaires-ludovic-didierlaurent-et-liliane-guillet-(en-bas-a-gauche)-elus-de-l-opposition-municipale-et-favorables-a-l-accueil-de-ces-demandeurs-d-asile-se-sont-exprimes-mais-sans-convaincre-grand-monde-mme-guillet-remportant-un-franc-succes-en-brandissant-un-petit-guide-intitule-lutter-contre-les-prejuges-sur-les-migrants-je-suis-plus-pragmatique-qu-angelique-mais-si-vous-trouvez-assez-de-gens-pour-se-mobiliser-et-que-l-accueil-des-demandeurs-d-asile-se-passe-bien-je-ferai-mon-mea-culpa-a-assure-le-maire-(au-milieu)-les-entrepreneurs-ont-eux-rappele-la-dangerosite-de-la-zi-a-cause-des-nombreux-camions-photos-le-dl-v-p-1496098353.jpg
 
http://s-www.ledauphine.com/images/3E450AA3-580C-4918-A52C-251C7006EF7D/LDL_V0_06/title.jpg
 
Affichettes vertes “Sauvegardons Le Fontanil” contre affichettes blanches “Fontanilois solidaires” et “Pas en notre nom”. Les mots étaient doux, couchés sur le papier, mais beaucoup plus durs, sortis de certaines bouches, hier soir au Fontanil. Le maire, Stéphane Dupont-Ferrier, et le “collectif citoyen” – qui pourrait devenir l’association “Fontanil vallée fertile” – organisaient une 2e réunion de mobilisation contre le projet de l’État de créer un Programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile (Prahda) dans l’hôtel Formule 1 situé dans la zone industrielle. 96 de ces migrants devraient arriver cet été.
« Essayons de trouver des solutions ensemble »
Lors de la première réunion, le 22 mai, les quelques opposants à cette démarche présents ce soir-là s’étaient faits très discrets. Hier, ils ont changé de stratégie. Une trentaine de personnes favorables à l’accueil « digne et humain » de ces migrants ont en effet accueilli celles du bord opposé en brandissant leurs affichettes, s’attirant pas mal de huées, parfois même des menaces (lire par ailleurs).
Devant la salle Play Bach, on a entendu des “enc…” se mêlant aux “on sait où vous habitez !” Certains ont même failli en venir aux mains, tandis que quelques élus fontanilois essayaient de calmer les ardeurs. À l’intérieur de la salle, le dialogue ne fut pas plus harmonieux. Pas mal d’invectives, de sifflements ou d’applaudissement, dans une salle très fortement et logiquement acquise à la cause du rejet du Prahda puisque, comme le rappela Stéphane Dupont-Ferrier, « il s’agit ce soir d’une mobilisation de ceux qui s’opposent à ce projet ». Le maire a rappelé sa position et, cette fois-ci, les élus de l’opposition municipale ont également pris la parole (lire par ailleurs).
 
On vous fera grâce des réflexions entendues hier soir, certaines étant parfaitement légitimes, d’autres plutôt scandaleuses, pour ne retenir que deux propos. Celui de cet homme disant : « On a qualifié notre idée, notre position, maintenant, il faut la quantifier. Savoir combien d’associations il faudrait pour accompagner ces gens, combien ça va coûter à la commune ».
Autre parole, venant d’une jeune femme. « Je suis Fontaniloise, j’habite moi aussi près du Formule 1. Je viens juste pour m’informer et je trouve dommage ce clivage. Je comprends qu’il y ait des inquiétudes, mais ni vous ni nous n’avons raison sur tout. Le mieux serait de s’écouter, pas de s’engueuler. Essayons de trouver des solutions ensemble. » Inutile de dire qu’elle n’a pas été entendue.

 

accueil racistes.jpg

                        

 je suis migrant.jpg



13/06/2017

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres