Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

"Claude Guéant, spécialité : la chasse à l'Arabe et aux musulmans". Dans Liberté, journal algérien

Claude Guéant, spécialité : la chasse à l'Arabe et aux musulmans

Claude Guéant vient d'annoncer le nombre record d'expulsions d'étrangers en situation irrégulière en 2011. En se vantant de ce bilan, le ministre de Sarkozy fait une nouvelle fois preuve d'une xénophobie que même l'extrême droite lui envie, estime le quotidien algérien Liberté.

13.01.2012 | Djamel Bouatta | Liberté (Algérie)

 

Immigration, sans-papiers, expulsions, fermeté et fermeture. Voilà les thèmes fétiches de la campagne de Nicolas Sarkozy pour sa réélection en avril 2012.

La chasse aux étrangers, les têtes brunes particulièrement, il l’a confiée à son ministre de l’Intérieur, de l’Immigration et des Cultes, le fidèle Guéant que les lepénistes lui envient. Il n'a pas son semblable sur la scène politique française, voire en Europe, en matière de traque de niches des étrangers et de leur reconduite à la frontière. Il vient, par ailleurs, d’égrener avec jouissance le nombre record d’expulsions atteint cette année, au point de parler de politique de fermeture.

Marine Le Pen, la pasionaria de la peste brune française est restée abasourdie par tant d’audace. Elle prône aussi le nettoyage civilisationnel de son pays mais en y mettant les formes. Candidate à la présidentielle, capable de faire mieux que son père en 2002 – il a coiffé au poteau le socialiste Jospin et était présent au second tour contre Jacques Chirac –, la Marine a en effet mis des cailloux dans sa bouche. Les prêches islamophobes et xénophobes de son père ont cédé la place à l’exception française dans un pays frappé de plein fouet par la récession, le chômage et la précarité.

Elle est plus intelligente que le soldat Guéant qui vante son bilan dans la chasse à l’Arabe et aux musulmans. Il a, avec zèle, dépassé ses objectifs et revendiqué le chiffre record [par rapport à 2010] d'une hausse de 17,5 % des expulsions d'étrangers indésirables et une chute encore plus marquante de 30 % des naturalisations. Le ministre s’enorgueillit d’avoir expulsé 32 912 personnes en 2011, contre 28 026 en 2010, dont de nombreux jeunes Tunisiens ayant fui la révolution. Son but pour 2012 étant de dépasser les 35 000 expulsions. Fier de son racisme jusqu’au-boutiste , Guéant affiche de nouvelles ambitions : "Il faut en revenir au niveau de flux migratoires connus en France dans les années 1990”, c'est-à-dire n’accepter que 150 000 travailleurs avec à la clé la possibilité de les renvoyer chez eux à tout moment. Cette concession, Claude Guéant l’a faite sous la pression du patronat français – le CAC 40 a été le principal soutien de Sarkozy.

Guéant s’est même attaqué à l'immigration légale et assez intégrée dans son pays d’accueil, en durcissant, grâce à toute une série de textes, les conditions d'octroi de la nationalité, le regroupement familial ou les visas de travail pour les étrangers hors Union européenne. Ainsi concernant l'immigration professionnelle, 9 154 ressortissants étrangers ont été autorisés à venir France en 2011 contre 12 404 en 2010, soit une baisse de 26 %. Et, pour atteindre son bilan, Guéant a abusé de ses présupposés xénophobes du genre : "Il y a un taux de délinquance parmi la population étrangère entre deux et trois fois supérieur à la moyenne" ; "A Paris, 10 % des personnes qui sont déférées devant la justice ne sont pas des Français de souche". Autant de raisons pour lesquelles il est en train de préparer un nouveau train de mesures pour expulser les étrangers qui séjournent en France depuis peu d'années, à leur première condamnation par la justice. Il faut lui faire confiance pour rendre expulsable un étranger qui provoque un accident. Pour lui : "Il y a encore trop d'étrangers en France". A ce sujet, le ministre de Sarkozy ne renie pas sa convergence de vue avec la présidente du Front national, Marine Le Pen, qui la première avait dit : "Je trouve que c'est trop".

Et comme l’égérie de l’extrême droite, Guéant ne veut pas entendre parler du droit de vote des étrangers aux élections locales, en citant notamment la Seine-Saint-Denis, la circonscription qui incarne cette France plurielle qui fait mal au ventre de Sarkozy. "Cela veut dire que nous pourrions avoir des maires étrangers. Très franchement, je n'ai pas envie de voir dans le département de la Seine-Saint-Denis, qui a une forte population étrangère, la majorité des maires devenir étrangers", a dit son soldat, qui a ajouté qu’à partir de janvier 2012 les fichiers des étrangers résidant en France et ceux de la Sécurité sociale seraient croisés pour lutter contre les fraudes sociales imputables aux immigrés. Il a promis d’en finir avec ces ressortissants étrangers qui font des allers et retours entre la France et leur pays d'origine et "profitent" des allocations logement, des allocations familiales ou des allocations d'adulte handicapé en France.

 

Merci et bravo à Tropical Boy,

"l'actualité quotidienne revue et caricaturée en images"



14/01/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres