Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

En Isère et en Savoie, cathos-intégristes et néofascistes, main dans la main, s'implantent

Les deux extrême-droites, la religieuse et la politique, main dans la main   

Mars 2017, au Prieuré intégriste de Meylan, (agglo de Grenoble), 

cérémonie pour l'Algérie Française et l'OAS : meylan adimad  guillem.jpeg

   Malgré ses tentatives  pour  se  donner une allure "dédiabolisée", le Front National traverse actuellement un trou d'air.  D'autres mouvances  de l'extrême-droite, qui  elles ne craignent absolument pas d'afficher ouvertement leurs  racines fascisantes, en profitent pour occuper le terrain.

   C'est ainsi qu'on les voit mettre en oeuvre une stratégie d'implantation locale en ouvrant des lieux comme "Bastion social" (à Chambéry, à Lyon, à Strasbourg, à Aix-en-Provence, à Angers...) Du  "social" où l'on prétend, pour la presse,  vouloir pratiquer du caritatif. Mais  attention ! il s'agit de  caritatif ethnique, réservé aux "français de souche". Bref,  du "social"    qui est en réalité très "social-nationaliste" ou "national-socialiste" en version hitlérienne. 

 

   Particularité de la Savoie et de l'Isère : l'extrême-droite catholique a établi depuis longtemps la même stratégie d'implantation locale.

On constate un renforcement des liens, des échanges et du partage des rôles  entre les "religieux" ( la Fraternité Sacedortale Saint Pie X - FSSPX) et les "politiques", CIVITAS servant souvent de passerelle, entre les deux, tendant même à réaliser l'osmose  entre néofascistes, identitaires divers et intégristes religieux.

   Ce n'est donc pas un hasard si à Meylan (Isère)  des habitants et des élus de l'opposition municipale s'inquiètent de l'extension du prieuré intégriste situé sur la commune. Ils ont raison, comme ils disent,  de s'inquiéter que dans leur commune soit installé  "un camp de base de l'extrême-droite". Pas un hasard non plus si  FR3 Alpes  s'est  livré à une petite enquête (voir  plus bas)  et révèle à un public non expert des connexions entre les deux extrême-droites, la religieuse et la politique.

   Le Prieur intégriste de Meylan prétend à FR3  que les relations de la FSSPX avec Civitas et d'autres mouvances d'extrême-droite sont désormais rompues : on verra dans notre article qu'on en est loin.

De plus, un autre démenti est apporté par "Media Presse Info", ( site de la fachosphère) : "On peut et l’on devrait parler de soutien à la FSSPX, de complémentarité substantielle entre les deux sociétés : à la FSSPX, la dévolution spirituelle catholique ; à CIVITAS, la dévolution politique catholique. Dans cette affaire de construction d’une église à l’école de Meylan, CIVITAS soutient la Fraternité sans mesure ni octroi. "

 

MISE A  JOUR  13/02/2018 :  Une association et  des élus d’opposition de Meylan ont engagé des démarches afin que le permis de construire pour l'agrandissement du prieuré soit invalidé. L'ancien maire (UDI), Damien Guiguet, a envoyé un courrier aux ministres de l'Intérieur et de l'Education : afin de vérifier "les possibles liens entre le prieuré  et des groupes extrémistes", pour vérifier aussi si dans cette école intégriste "l'enseignement est en conformité avec les valeurs de la  République."

 

La trajectoire de ce "Bastion Social" de Chambéry est particulièrement révélatrice

Du slogan «Social, National, Radical» du groupe "Edelweiss-Pays de Savoie" ( "Edelweiss", de l'allemand, "edel"-noble,  et "weiss"-blanc) au mot d’ordre du Bastion Social (« Autonomie, Justice Sociale, Identité »), il y a une même substance : subordonner la « justice sociale » à la défense acharnée de l’ « identité nationale »,  à la  discrimination,  à la haine raciale et au nationalisme.

A noter que  le Bastion Social reçoit le soutien affirmé de  cadres nationaux du FN ( son vice-président, Jean-François Jalkh, le sénateur FN  de Marseille Stéphane Ravier,  l'ex-Gudard  et très très intime de Le Pen-Marine Frédéric Chatillon. Voir leurs messages  twitter sur La Horde.

Le Bastion social  est appuyé aussi par des élus d'Annecy du  FN (ou ex-FN, ça devient difficile de faire la distinction) comme Jeremy Vallon ou Olivier Burlats, voir Antifa 74 .

 

eldelweis SS.pngLe nom « Edelweiss » est porteur de sens puisque la fleur est historiquement utilisée par la mouvance fasciste, particulièrement dans les Alpes, car décrite comme la « fleur préférée » d’Hitler. Photo ci-contre, source "Edelweiss-Pays de Savoie" : on appréciera la graphie SS ...

 

  Par  ailleurs, "Edelweiss Pays de Savoie" avait une appellation précédente, "Savoie Nationaliste" : regroupant aussi des éléments du GUD, c'était une des  reconstitutions locales des "Jeunesses Nationalistes",  après leur interdiction survenue durant l'été 2013.

Savoie_nationaliste-Tracts-625x422.pngLes  Jeunesses Nationalistes avaient pour  leader Alexandre Gabriac, bien connu pour ses  photos où il fait le salut fasciste (ancien chef du FNJ-Isère, ancien membre du Comité Central du FN,  Gabriac  a été élu FN régional).

 

Les Jeunesse Nationalistes étaient la  branche "jeunes" de la très ancienne et très fasciste, et active dans l'OAS,  "Oeuvre Française", fondée par des collaborateurs et miliciens pétainistes,  dirigée par le comparse régional de Gabriac,  Yvan Benedetti   (ex-élu FN lui aussi). L'OF est , comme les JN,  en principe "interdite" depuis l'été 2013. 

 

Gabriac, qui avait donné son auguste soutien à la fondation de "Savoie-Nationaliste",  est à présent actif  au sein des "catho-fachos"  de Civitas, voir plus bas ....

 

Ci-contre : Le message néonazi est très clair. On notera aussi, sur l'affiche de droite, une reprise d'une très connue iconographie des années 1930, prétendument "anti-système", mais surtout  antisémite  (le Juif au nez crochu tenant en main la planète ...)

 

 

Les relations entre les intégristes de la Fraternité Sacedortale Saint Pie X  (FSSPX) et les néofascistes

Depuis longtemps , les intégristes de  FSSPX (partisans eux aussi d'un ordre moral à la Philippe Pétain et laudateurs des régimes de Franco et Salazar )  ont développé cet même tactique d'implantation locale. En Savoie ainsi qu'en Isère, ils cherchent à être reconnus et banalisés dans le tissu local, avec des écoles hors-contrats, des séminaires  ou églises vouées  à leurs prêches et à leurs messe en latin.

 

-   En Isère, les lieux officiels de la  FSSPX sont : à Grenoble la Chapelle Sainte-Marie-Michel, rue Charles Gounod - A Meylan, le Prieuré Saint-Pierre-Julien-Aymard et son école privée et hors contrat (la FSSPX gère trente écoles de ce type) - A Saint Chef, l'église St Barthélémy

-  Pour la Savoie, il s'agit de : à Saint Badolph, la chapelle Saint-Anthelme - aux Echelles, l'école Saint-Anne de la Providence, - à ND. des Millières, la chapelle de la Sainte-Famille.

 
OAS en 2016 jeune nation.pngRésultat de recherche d'images pour "'abbé Jean-Marie Salaün"En mars 2017, au Prieuré intégriste de Meylan (agglo de Grenoble) , s'est déroulée une messe en l'honneur de Bastien-Thiry, qui avait participé, pour le compte de l'OAS, à un attentat contre De Gaulle. La cérémonie était organisée par le prieur actuel, l'abbé Jean-Marie Salaün (photo à droite)  ainsi que par l'abbé Jean-Marie Lebourg.

Ci-dessous : sous l'étendard de l'ADIMAD, association de pro-OAS, "Les anciens détenus et exilés politiques de l'Algérie Française",  on voit comment  les jeunes élèves de l'école privée sont embrigadés. Sur la seconde photo, c'est Régis Guillem le président de l'Adimad,  (association basée à Hyères)  qui s'adresse aux enfants...

Déjà en 2016 tout comme en 2015 , une cérémonie identique avait été organisée au Prieuré. Le site d'extrême-droite "Jeune Nation", qui est une émanation de L'Oeuvre Française,  en avait fait la publicité.

 

Hasard ? Tout près de Meylan,  au cimetière du Touvet, se trouve une stèle dédiée à Claude Piegts ( voir isere-antifascisme) , un  tueur de l'OAS, devant laquelle se rassemblent de temps à autre des nostalgiques de la colonisation en Algérie.

  hommage BastienT 3 .png

 

meylan adimad  guillem.jpeg

 

Lecture recommandée et édifiante ,  Nouvel Obs : A l’école de la Fraternité Saint-Pie-X : la Révolution, cette imposture satanique - juin 2017

 

Les relations avec l’extrême droite entretenues par le prieuré de Meylan  ne datent pas d’hier, puisque le précédent prieur, l’abbé Beaublat, recommandait déjà des auteurs fascistes, comme le  forcené antisémite Hervé Ryssen, plusieurs fois condamné. Voir l'encadré final, en jaune :

Ryssen-.png

 

Côté Savoie, dans le vestibule de l’église de Saint-Baldoph, une conférence a eu lieu en février 2015 h, donnée par l’auteur d’un ouvrage consacré à la mobilisation qu’il a menée contre l’œuvre « Piss Christ »,  dégradée par des intégristes après avoir suscité la mobilisation de Civitas. La conférence était organisée avec le concours du Parti Nationaliste Français (PNF,  autre résurgence des précédentes Oeuvre Française / Jeunesses Nationalistes) pour la gestion des inscriptions, comme en attestent les flyers toujours en ligne sur les sites qui les ont diffusés.

Certaines de ces conférences sont relayées sur le site « Égalité et Réconciliation », le mouvement d’Alain Soral, déjà condamné pour incitations au racisme, ce qui est logique puisqu’on trouve parmi les intervenants “l’historienne” autoproclamée Marion Sigaut, proche d’E&R et de Civitas , ou encore Claire Colombi, elle aussi à Civitas.

Sur la feuille hebdomadaire du 11 juin 2017, commune aux différentes chapelles du prieuré, juste au-dessus de l’annonce de la procession de fête-Dieu à Saint Baldoph, était indiquée la conférence de Pierre Hillard, essayiste exploitant la veine complotiste antisémite, conseiller d’Alain Escada pour Civitas. Le courriel proposé pour s’inscrire était celui qui sert pour l’inscription aux manifestations organisées à Grenoble par « Égalité et Réconciliation », dont le site relayait aussi la réunion.

Les informations ci-dessus en bleu  sont des extraits d'un article plus complet, photos à l’appui, paru sur La Horde : Civitas fait le lien entre Fraternité Saint-Pie-X et néonazis .

 

Sigaut Meylan.jpgmeylan marion sigaut.JPGSamedi 8 octobre 2016. Le site de Civitas relate "une journée militante en Isère". La journée a commencé par une équipée à Saint-Hilaire du Rosier, où devaient être hébergés provisoirement des demandeurs d'asile. Quelques jours plus tard, des coups de feu seront tirés contre le centre devant servir de lieu d'accueil, et on assistera à un déferlement xénophobe lors de la réunion d'information organisée par la mairie. (voir isere-antifascisme)

   "Direction ensuite l’agglomération grenobloise, pour assister à Meylan à une conférence de Marion Sigaut, historienne et conseillère de Civitas, sur la "Déclaration internationale des droits sexuels" de l’ONU, dernière invention "humaniste" destinée à abolir le sens moral et pervertir les cœurs de nos enfants, tout en légitimant par avance les actes des pédocriminels, très bien représentés dans la pseudo-élite mondialiste qui nous gouverne. Salle comble pour cette formation de qualité, qui a rassemblé une centaine de catholiques et de patriotes de la région, toutes tendances confondues."

Le lieu de cette conférence de Civitas était le Prieuré de Meylan, et vraisemblablement une salle de classe de l'école intégriste et  hors-contrat.

Quant à Marion Sigaut, voici ce qu'en dit Wikipédia : "....adhérant à l'association Égalité et Réconciliation [présidée par Alain Soral, négationniste, antisémite]. Elle a publié aux éditions Kontre Kulture  [la maison d'édition montée par Alain Soral, où l'on trouve tout  un choix des classiques du fascisme et du nazisme] des pamphlets critiques contre Voltaire et l'époque des Lumières, ......."

 

remigration.jpgCIVITAS, issu des mouvements catho-intégristes,  sert d'interface entre les "religieux" de  Fraternité Sacedortale Saint Pie X et les "politiques" des mouvances néofascistes  et nationalistes, et plus largement avec  les droites identitaires anti-avortement, anti-mariage pour tous, anti-immigrés.



    Civitas, tout en restant très lié à la sphère religieuse-intégriste et à son discours, s'est donné pour mission d'investir,  de façon bien plus visible que la FSSPX,  le champ politique, par sa présence remarquée dans les manifs homophobes  ou anti-avortement ou dans des réunions de la fachosphère,  mais aussi en rassemblant , pour les élections,  des candidatures de notables de l'extrême-droite et du néofascisme.

 

C'est ainsi que lors des législatives de 2017 en Isère, on a vu Gabriac ( qui pourtant ne paraît guère adhérer aux valeurs de la charité chrétienne)  se présenter sous l'étiquette Civitas. Toujours en Isère, et pour les mêmes élections, Civitas avait aligné ce bon copain de Gabriac, le savoyard Thibault Barge, (ex-FN lui aussi, il nous semble). Il participait lui aussi à "Savoie Nationaliste". Sur l'un de ses comptes Facebook sous pseudonyme, Barge lève toute ambiguïté, si cela était encore nécessaire, en reprenant cette citation :
Thibault Chambé 1.png"Le fascisme c’est fonder des villes, assainir des terres, porter un projet de civilisation. C’est concevoir l’existence comme une lutte et une conquête, sans ressentiments. C’est faire don de soi aux camarades, à sa nation, à son idéal, jusqu’au sacrifice extrême. Oui être fasciste c’est tout cela avec, en plus, un style, une idée de l’esthétique, un goût pour le décorum. C’est être élégant et souriant jusqu’à l’échafaud et au-delà. »

 

   En effet, Civitas se présente désormais en tant que parti politique, "le seul parti à la fois intégralement catholique, foncièrement patriote, radicalement anti-système".  On comprendra, en lisant ce qui suit, ce que signifie cette radicalité annoncée : la volonté d'un régime à la Maréchal Pétain.

Citons seulement l'inévitable et très fasciste Alexandre Gabriac, qui lors d'une réunion de fondation de Civitas-Savoie à Chambéry , annonçait,  dans une longue diatribe, la  couleur et le programme de Civitas, avec entre autres  : "l'abrogation de la loi de 1905 [ sur la laïcité de l'Etat ] et rétablissement de la religion catholique comme religion d'Etat"(Pour une fois, si vous désirez connaître l'intégral du discours de Gabriac, nous vous donnons le  lien de ce site catho-facho, Media Presse Info )

 

  Mais attention, à Civitas, ce n'est pas n'importe quel catholicisme d'Etat  qu'on souhaite !  C'est ainsi qu'ils ont entrepris de semer la perturbation et d'agresser des cérémonies religieuses, surtout si elles sont oecuméniques et inter-religieuses. Ces actions sont revendiquées haut et fort sur les réseaux sociaux, ou via des vidéos, par Civitas, par Gabriac et consorts. La Croix, décembre 2017 - "Les jeunes de Civitas perturbent une célébration œcuménique à Lyon - Le scénario semble se répéter ..."

Les mêmes perturbations  avaient été menées le 27 novembre à Chambéry. Là, il s'agissait de l'église du Sacré-Coeur, où se tenait une cérémonie commune entre catholiques et protestants : nos cathos-fachos de choc ne pouvaient admettre qu'on y célèbre Luther, le fondateur de la  Réforme protestante, car "c'est un hérétique, il a été excommunié par le  pape au XVIème siècle". La vidéo est présentée par  Gabriac sur sa page facebook, c'est Tristan Gay, "responsable du MJCF" (Mouvement de la Jeunesse Catholique de France) qui prend la parole. Gabriac précise : "Les militants de CIVITAS se sont joints à ceux du MJCF". Le site officiel de la FSSPX annonce régulièrement les activités de ce MJCF (  mais évidemment pas celles de l'autre MJCF, les jeunes communistes !)

 

Faits révélateurs,   l’organigramme officiel de Civitas :

 

-    Parmi les dirigeants  de Civitas, on trouve  le fasciste revendiqué Alexandre Gabriac, en tant que "secrétaire national aux fédérations". Mais aussi,  en tant que "délégué aux affaires internationales",  son collègue néofasciste régional, l'avocat Olivier Wyssa (exerçant à Genève)  ex-dirigeant  départemental  du FN de  l'Ain.  Selon lui, le FN est bien trop à gauche : "le FN est devenu un parti démago de gauche", "Marine Le Pen fait du socialisme" .... L'avocat Wyssa, "à l'international",  aura sans doute à s'occuper des  combines de Civitas pour se faire financer par le "système"  (tout en bas de notre article, "Pour en savoir encore plus")

Thibault Barge, ce fasciste savoyard, nous vous l'avons déjà présenté au-dessus. Lui est "secrétaire national à la propagande". 


-    Pour sa part,  Alain Escada, président de Civitas, (voir Wikipédia)  a commencé sa carrière dans l'extrême-droite beescada.jpglge, de préférence dans les tendances "catho-facho".  Lui aussi gravite autour de la  FSSPX, et à la tête de Civitas, il entretient des liens  serrés avec  la plupart des groupes des extrême-droites française, belge et suisse. Quelques unes  des nombreuses phrase-choc du personnage : "Simone Veil l'avorteuse", "Ces valeurs républicaines, je les vomis ! "

 

-    Dans le même organigramme de Civitas, le poste de "conseiller doctrinal"  est attribué à  l'abbé Xavier Beauvais qui est en même temps éminent prêtre de la FSSPX à Marseille. 

Du temps où  il officiait, toujours pour la FSSPX,  à Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, l'abbé Beauvais chantait  des louanges en l'honneur de Léon Degrelle, le Chef des nazis  belges sous Hitler. Déjà à cette époque, le clan Le Pen assistait avec ferveur aux messes de l'abbé, ainsi que des dirigeants de l'Oeuvre Française, Pierre Sidos et Yvan Benedetti. Voir Messe pour Franco et sermon pro-Degrelle chez les lefebvriste, sur ResistanceS.be

L'abbé Xavier Beauvais  a  été condamné,  en appel,  pour injures raciales : il avait  scandé dans une manif  de Civitas, "Y a bon Banania, Y a bon Taubira !" ...

 

-    civitas_140921_05 bouchacourt.jpgEt si l'on comprend bien un communiqué officiel de Civitas,  la  mission de "conseiller doctrinal" pour Civitas de l'abbé Beauvais  a été approuvée par  l’abbé BOUCHACOURT, Supérieur du District de France de la Fraternité Sacedortale Saint Pie X.  L'abbé Bouchacourt, donc  autorité suprême de la FSSPX, est d'ailleurs tout un "poème", lui aussi  : sur le site officiel de la Fraternité, "La Porte Latine", un long article est consacré à une manif, organisée par Civitas illustré de nombreuses photos.   Bouchacourt se trouvait en compagnie de toute une série de notables de l'extrême-droite, ( Jany Le Pen, Marie d'Herbais, Alain Escada,  etc, etc). 

 

Censeur doctrinal de la revue Civitas : l’abbé Gabriel BILLECOCQ. L’abbé Gabriel Billecocq, en plus de sa lourde tâche pour  la revue de Civitas, est chargé par la FSSPX  de délivrer un cours de catéchisme destiné aux adultes, par vidéos diffusées sur Youtube. Les catholiques, les vrais, doivent "s’impliquer dans la politique communale et dans l’action culturelle et sociale locale» (Revue Civitas n°57). Quelques mois plus tard, l’abbé Gabriel Billecocq, cette fois dans le n°58 de la même revue,  les exhorte à "ne  pas se réfugier dans la prière en attendant que Dieu fasse tout le travail mais à agir selon ses moyens, à l’échelle locale, en faisant de la politique."

 
-     Par ailleurs, "Alain Escada et l'état-major de Civitas sont heureux de vous informer" que l'aumônerie de Civitas est
lancement civitas-lyon-dec2017-1.pngconfiée aux Capucins de Morgon. "Le R.P. Antoine de Fleurance, Gardien des capucins, a délégué pour cette très importante fonction nationale son adjoint le R.P. Laurent".

       Qui sont donc ces "Capucins de Morgon" ?

  Implantés à Morgon, département du Rhône, ces capucins sont chargés par la FSSPX de "L'Association réparatrice Anti-Maçonnique", le complot et la perversion supposés des francs-maçons, associés aux Juifs et à la République, étant depuis les années 1930 et sous le régime de Pétain aussi,  une obsession de l'extrême-droite, religieuse ou pas.

  Le couvent de Morgon sert de "pénitencier" aux prêtres déviants de la FSSPX :  c'est ainsi qu'y avait été muté un abbé,  accusé de plusieurs viols. 

Il s'agit de l’abbé Christophe Roisnel, prêtre de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX) condamné en 2017 à seize ans de réclusion criminelle par la  cour d’assises des Yvelines pour « viols aggravés » sur trois jeunes enseignantes de l’école Notre-Dame de la Sablonnière de Goussonville dont il était le directeur.

La Croix : "Cette affaire souligne la mauvaise gestion des cas d’abus sexuels au sein de la FSSPX. L’abbé Roisnel avait en effet déjà été l’objet d’un procès interne où la Fraternité avait conclu à des « actes sexuels sans fornication » avant de le muter dans une école de garçons puis, après un « comportement équivoque » avec de jeunes garçons, dans un couvent. Selon l’association Aide aux victimes de dérives dans les mouvements religieux en Europe et à leurs familles (Avref), ces manières d’agir seraient récurrentes au sein de la FSSPX. Dans un Livre noir publié en mai 2016, elle relève ainsi plusieurs affaires d’abus étouffées par la Fraternité dont le supérieur général, Mgr Bernard Fellay, se serait contenté de muter les auteurs." ( voir aussi   Paris-Luttes Info).  La condamnation de ce prêtre que la FSSPX  avait exfiltré au couvent de Morgon (69)  vient d'être confirmée (février 2018)  et alourdie en appel : 19 ans de réclusion criminelle  pour viols aggravés, dont certains assortis d’actes de torture ( Le Dauphiné).

  Ces capucins intégristes ont failli s'installer aussi à Albertville, (74),  Le  maire avait prévu de leur céder pour 1 euro symbolique un ancien couvent, mais la décision vient d'être jugée illégale (février 2018)  par le tribunal administratif de Grenoble.

 

Etiquettes multiples pour un partage des rôles. Des intérêts mutuels bien compris

Escada twitt Pétain.png
Article de La Horde, août 2017 : Civitas fait le lien entre Fraternité Saint-Pie-X et néonazis

".... Tentant de préserver son image de conservatoire de la tradition catholique, la FSSPX laisse à Civitas, du moins en Savoie, le soin de faire vivre les engagements politiques auxquels conduit directement la spiritualité déjà fascisante que promeuvent certains de ses abbés. Civitas bénéficie du vivier humain de la FSSPX, se charge de la communication et du programme politiques, et se doit de ce fait de respecter un certain cadre légal. Ainsi, Civitas délègue à des groupuscules locaux l’entretien du folklore et des références les plus compromettantes au fascisme, mais ne renie rien de son idéologie et de son programme.

Les groupuscules, eux, profitent de la visibilité du mouvement d’Escada, qui peut lui compter sur de jeunes militants susceptibles de faire le “coup de poing” si nécessaire. De plus, si l’étroite collaboration de ces organisations (aux moyens et à la notoriété somme toute limités) est idéale pour mutualiser leurs moyens, la diversité de leurs tactiques et de leurs images laisse à chacune d’elles la possibilité de prendre ses distances et de se défausser sur les autres de sa responsabilité. ...."

 

 _____________________________________________________________

 

France 3 Alpes, le  06/02/2018 :

 

En Savoie et en Isère, des vidéos troublantes rendent hommage à Hitler et à l'OAS


A Meylan en Isère, la Fraternité St-Pie X veut construire une église. A l'endroit où elle a rendu hommage à Jean Bastien-Thiry, officier de l'OAS condamné à mort pour avoir tenté d'assassiner De Gaulle. A Chambéry, Savoie-Nationaliste fait l'apologie d'Hitler. Tous deux ont des liens avec Civitas.

 

  • La Fraternité et l'OAS ?

En Isère, à Meylan près de Grenoble, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, ou FSSPX,  gère un prieuré et une école maternelle et primaire hors-contrat. Une cinquantaine d'élèves. Depuis 25 ans.
"Sans causer aucun trouble" selon le maire de la commune, Jean-Philippe Blanc. La mairie vient d'ailleurs d'octroyer un permis de construire à La Fraternité qui veut ériger sur son terrain une église d'environ 300 places.
Mais 18 conseillers municipaux sur 33 ne sont pas du tout d'accord. La Fraternité, selon eux, entretiendrait des liens avec l'extrême droite radicale, le mouvement CIVITAS en particulier. Deux conseillers témoignent dans le reportage ci-dessous.

 

Depuis ce reportage, nous avons retrouvé un diaporama et une vidéo datés de mars 2017. A l'endroit même où La Fraternité souhaite construire son église, on voit son prieur, Jean-Marie Salaün, et de nombreux enfants entourer un porte-drapeau pour rendre une sorte d'hommage posthume à Jean-Bastien Thiry, officier de l'OAS condamné à mort pour avoir tenté d'assassiner le général De Gaulle.

hommage BastienT.pngCapture d'écran de la vidéo "Hommage au Lieutenant-Colonel Bastien-Thiry" sur Youtube
 

On se souvient que l'OAS a perpétré de très nombreux attentats dans les années 1961 et 1962, au nom de l'Algérie française, faisant, selon les historiens, entre 1 600 et 12 000 victimes.
Le prieur de Meylan Jean-Marie Salaün nous a déclaré au sujet de cette vidéo : "On ne fait pas de politique. Si on nous demande une messe, on fait une messe. Pour n'importe qui. Tout le monde a droit à un dernier hommage. Si on ne prie que pour les Saints, on n'a pas de rôle. Il faut prier pour les pêcheurs, pour tout le monde. "
A Meylan, l'opposition municipale envisage en tout cas de déposer un recours judiciaire contre le permis de construire l'église. Elle redoute que le prieuré ne devienne un "camp de base" pour l'extrême droite radicale locale.

 

  • La FSSPX en lien avec CIVITAS ? 

La Fraternité fut fondée dans les années 1970 par Mgr Lefebvre, évêque "traditionaliste", certains catholiques disent "intégriste", en tout cas excommunié par le Pape pour désobéissance. L'évêque jugeait le souverain pontife un peu trop libéral, entre autres désaccords.

La Fraternité de Meylan a reçu des conférences organisées par le mouvement CIVITAS.

js_contestation_eglise_sectaire_a_meylan_38_-00_01_46_19-3495895.jpg

Et un des prieurs de la FSSPX, l'abbé Xavier Beauvais, basé semble-t-il à Marseille, a participé à un camp dit "de cohésion", d'entraînement paramilitaire, aux côtés d'Alexandre Gabriac, exclu du FN pour avoir fait le salut nazi.

civitas_camp_5.jpgUn camp de cohésion musclée (Source : Médias-Presse-Info)

 

civitas_camp_8.png

L'abbé Xavier Beauvais de la FFSPX  au "camp de cohésion" de Civitas (Source : Médias-Presse-Info)

Mais, pour le prieur de Meylan Jean-Marie Salaün, les liens seraient désormais coupés avec CIVITAS. "Depuis qu'ils font de la politique, on s'est séparés d'eux. Depuis un an ou deux." Pourtant, le fameux camp semble dater de l'été 2017. Pas si vieux.

Dans l'article qui rapporte l'évènement, émanant de Médias-Presse-Info, organe de "réinformation" proche de la FFSPX, on note ces quelques lignes, qui résument l'idéologie du mouvement : "Chez nous Dieu premier servi, La France est aux Français. Travail, Famille, Patrie, Nos devises sont fixées. Dehors escrocs libéraux, Valets des communistes, Complices des bourreaux, Compères des socialistes." Travail-Famille-Patrie, c'était le slogan officiel du régime de Vichy.

 

Sur le site de CIVITAS, on trouve pêle-mêle des références à Charles Maurras, Philippe de Villiers, Louis XVI... CIVITAS se bat "pour une cité catholique", pour la rechristianisation de la France, pour le catholicisme comme religion d'Etat, contre le mariage pour tous, l'IVG et l'immigration, pour la fermeture des frontières.

CIVITAS, c'est aussi Franck Sinisi, ex-élu FN à Fontaine en Isère. Condamné pour avoir proposé de financer l'accueil des Roms avec "leurs dents en or". Pour délit d'incitation à la haine raciale.

 

  • Une autre vidéo, encore plus inquiétante : Hitler... et Savoie Nationaliste polemique_extreme_droite_a_chambery-00_00_42_16-3495891.jpgSource : Facebook Edelweiss

En Savoie cette fois, CIVITAS est lié au groupe Edelweiss-Bastion social, proche de Savoie Nationaliste. Ce groupe vient d'inaugurer un nouveau local, avenue de Lyon, au coeur de Chambéry, à deux pas de la Préfecture. Ils s'étaient présentés au propriétaire des lieux comme l'association des "Petits reblochons", défenseurs du terroir savoyard.

Un nouveau local : le Bastion social
Intervenants : un voisin et Michel Dantin, maire de Chambéry

Ils avancent masqués, comme sur la plupart des photos qu'ils postent sur les réseaux sociaux. Qu'ont-ils donc à cacher ? En tout cas le propriétaire du local veut désormais rompre le bail, par voie judiciaire sans doute.
Masqués... pourtant, quelquefois ils se dévoilent, comme sur cette image sans ambigüité.

 

hitler-3496033.jpgSource : vidéo Jeune Nation

Dans une vidéo datée de 2014, signée Savoie Nationaliste, des proches d'Edelweiss, la référence au nazisme est claire. Hitler est présenté comme "le plus grand bâtisseur social". La vidéo fait aussi référence à Léon Degrelle, créateur du rexisme en Belgique, engagé dans les SS.

Malgré tout, en Isère, comme en Savoie, les pouvoirs publics s'avouent impuissants. Tant que ces groupes n'ont pas causé de "trouble à l'ordre public".

 

_______________________________________________

 

Un "camp de cohésion"  pas très catholique mais très fasciste

 

camp-fjc-2017.jpgPlusieurs sites  la fachosphère republient l'article de Civitas,  concernant ce "Camp de cohésion de Civitas - promotion Saint-Michel", qui s'est déroulé en septembre 2017 en Saône-et-Loire. Nous vous l'offrons à notre tour, en bleu.

Dans ce camp, on a mêlé le bon Dieu, tours de garde nocturnes, entraînements musclés, exercices de combat de rue. Des veillées agrémentées de chansons pétainistes  avec des paroles comme "Travail famille patrie"  qui était la devise de Pétain, "Notre Honneur est notre Fidélité" étant celle des SS.
Sur l'une des photos, on reconnaîtra Gabriac. Gazeuse en main, il entraîne ses troupes aux manifs musclées.  Gabriac a publié une vidéo sur facebook : il y gaze copieusement ses jeunes recrues, jusqu'à provoquer des malaises. C'est ça, l'esprit de sacrifice pour le Chef ...
Rappelons tout de même que la constitution d'une milice privée avait été l'un des motifs qui avait entraîné la dissolution par décret gouvernemental, durant l'été 2013, des "Jeunesses Nationalistes" dont le Chef était ce même Alexandre Gabriac.
Nous vous laissons admirer Thibault Barge, en boxeur, sous le drapeau "Espoir et salut de la France"... A vous d'identifier le Père Laurent,  capucin de Morgon ( mais aussi de la FSSPX ainsi que de Civitas). Quant à Pierre Studer, qui nous était jusqu'à présent inconnu, nous ne sommes pas certain de l'avoir identifié : dans l'organigramme officiel de "l'état-major"  de Civitas, il est chargé de France-Jeunesse Civitas.

 

Voici un extrait du sermon dominical que  l'abbé Xavier Beauvais, (FSSPX et Civitas) a prononcé lors de ce camp. Le "général chrétien" dont il est question dans ce sermon  est sans doute Pinochet, (l'auteur du coup d'Etat et responsable des massacres au Chili),  et il est certain que le "Chef d'Etat"  et la "révolution nationale" font directement référence à Pétain. On voit donc que "le devoir d'engagement social des catholiques" est  en fait  l'engagement politique, et pas n'importe lequel. 

"...  non, il n'est pas permis aujourd'hui de refuser l'engagement au combat politique, au risque d'être infidèle à la mission que Dieu assigne à chacun de nous. Ne soyons pas les apôtres du « tout est foutu ». Lorsqu'un général chrétien, désespéré de voir son pays sombrer dans l'anarchie antireligieuse, soulève la révolte et, par les armes, entreprend de faire triompher l'ordre, qu'il ne conçoit que chrétien, la délicatesse de certaines consciences s'émeut. Lorsqu'un chef d'Etat, appelé dans un désastre national à sauver son pays, entreprend une révolution nationale qui ne s'accomplit pas dans la suavité, et, par les décrets de son vouloir brise et bannit les malfaiteurs qui s'opposent à son œuvre de salut public, on voit certaines bonnes consciences, même catholiques, jouer les vierges effarouchées. "

 

Deux jours durant, des militants catholiques et nationalistes venus des quatre coins de France ont participé au 1er camp de cohésion organisé par France Jeunesse Civitas.

En ce rude mois de septembre, les jeunes hommes ont pu se former l’âme et le corps, bien encadrés par Monsieur l’abbé Xavier BEAUVAIS, le Père Laurent des moines capucins de Morgon, Alain ESCADA, Pierre STUDER et Alexandre GABRIAC. Dans une démarche « Catholiques et Français toujours », ce camp s’est articulé autour de la messe quotidienne, des conférences de formation doctrinale et politique et des activités physiques et de cohésion.

 

 Le samedi matin, après une courte nuit entrecoupée par les tours de garde nécessaire pour veiller les uns sur les autres suivie du décrassage réglementaire, nous avons eu la joie de pouvoir assister à la messe célébrée par le Père Laurent sur le lieu du camp.

 A la suite du petit-déjeuner autour du feu, l’heure du travail pour remercier le propriétaire des lieux sonnait : déplacement de lourdes pierres et divers travaux d’entretien au programme !

Une toute petite pause, puis c’est au tour du Père Laurent, qui fait partie des aumôniers de CIVITAS, de donner une très intéressante conférence sur la chevalerie et la féodalité.civitas_camp_2.jpg

Suivra un déjeuner bien mérité, où les militants énonceront chacun à leur tour leur cheminement spirituel et politique, permettant ainsi aux nouveaux de faire connaissance avec les plus aguerris.

civitas_camp_3.jpg

Point de sieste pour les militants de la cause nationale ! La formation au service d’ordre prit le relais, avec les exercices pratiques de protection de personnalité, collage, encadrement de manifestation, action coup-de-poing… les militants se mettant tour à tour dans la peau du service d’ordre, de la police, mais aussi des contre-manifestants ! Ces derniers apprenant d’ailleurs à reconnaître le goût des différentes sortes de gaz lacrymogène…

civitas_camp_4.jpg

 

civitas_camp_5.jpg

 

civitas_camp_6.jpg

 

civitas_camp_7.jpg

 

Après l’entrainement des corps, l’entrainement des âmes : conférence de Monsieur l’abbé Beauvais sur Donoso Cortès, exemple pour les jeunes catholiques, soucieux de faire régner le christianisme social pour le bien de la nation.

civitas_camp_8.png

Une randonné dans la nature environnante permit ensuite aux volontaires de réciter le chapelet, toujours accompagnés et encouragés par les religieux présents au camp.

Après le dîner, nous entamions la veillée, où nos chants d’Europe et la verve de notre président Alain ESCADA firent oublier la fatigue et la pluie aux militants, chez qui la cohésion s’était déjà installée.

 

Dernière épreuve de cette très longue journée : la marche de nuit, durant laquelle les jeunes et moins jeunes ont pu apprécier une courte marche à la seule lueur de la lune, parsemée de quelques embûches…

Après un bref repos, c’est déjà le dernier jour du camp. La sainte messe comme toujours pour démarrer, et comme scéance de sport pour la matinée avant de replier les tentes un peu de boxe !

civitas_camp_11.jpg

civitas_camp_12.jpg

 

civitas_camp_13.jpg

 

La conclusion par les organisateurs et invités sur leur ressenti du camp se fit autour d’un apéritif servi par notre hôte, où les participants et encadrants ont pu échanger sur le déroulement du camp, et leurs espoirs de pouvoir former une communauté enracinée solidement dans les principes, inaccessible au découragement et prête à sortir gagnante des épreuves qui nous attendent.

On profita ensuite pleinement du dernier repas passé ensemble, loin du monde moderne et de sa folie, entre bons Français et catholiques non-reniés, et on promit déjà de se retrouver dès la prochaine activité, plus nombreux encore !

 

Claquez bannières de chrétienté

Contre révolution.

Notre honneur est fidélité,

Gardons la tradition.

Chez nous Dieu premier servi,

La France est aux Français.

Travail, Famille, Patrie,

Nos devises sont fixées.

Dehors escrocs libéraux,

Valets des communistes,

Complices des bourreaux,

Compères des socialistes.

Nos alliés ils ont trahi,

Sali même le sacré,

Livré nos colonies,

Les enfants massacrés.

_____________________________________________________

 

Pour en savoir encore plus ...

 Savoi Natio pas democrate.png
* Octobre 2017 : à Chambéry , attaque des néofascistes ( NPA )

 Vendredi 20 octobre, la Fédération Anarchiste organisait un  concert de rebetiko (musique populaire grecque), ambiance familiale et repas partagé. Aux alentours de 21 heures, alors que le concert vient de débuter à l’intérieur du bar, une douzaine de néonazis débarquent et se postent sur le trottoir d’en face.  Parmi la douzaine d’agresseurs, certains sont bien connus des militants antifascistes chambériens.

On retrouve pêle-mêle des militants d’Edelweiss Pays de Savoie, de Civitas et un militant du Front national jeunesse (FNJ). Un militaire du 13e bataillon de chasseurs alpins, basé à Chambéry, était également de la partie.

 

* Edelweiss, ces néonazis qui font dans le "social"  (Le Point, juin 2017, article payant)

 

Une photo de militants d'Edelweiss, disponible sur la page Facebook d'un membre de l'organisation.

 

« Bastion social » : le GUD change de costume et inaugure un nouveau local dans le Vieux Lyon (Rue89-Lyon)

Le GUD change de nom et a adopté celui de Bastion social, depuis cet automne. Le mouvement ambitionne, cette fois-ci, de fédérer les différents groupuscules nationalistes à l’échelle de l’Hexagone, avec Lyon comme base.

 

Violences, hooliganisme et FN au coeur du Bastion Social Strasbourg (Rue89-Stasbourg)

Le Bastion Social Strasbourg se présente comme une association identitaire sans histoire, mais ses membres fondateurs ont un passé au GUD, au FN et au sein du hooliganisme strasbourgeois.

 

*   L’histoire des intégristes religieux, des anti-avortement, des royalistes, des droites identitaires et leurs lieux à Grenoble

Voir cette série d'articles, parus en 2012, sur  Indymédia-Grenoble .

On se contentera ici de mentionner le Centre Lesdiguières, en plein centre de Grenoble.  Un site de l'Action Française (les royalistes et adeptes des écrits de Charles Maurras)   annonce régulièrement les conférences qui s'y tiennent.  Ou alors ces messes en mémoire de Louis XVI, à l'église Saint-André, qui sont annoncées sur Novopress,  le site du Bloc Identitaire ...

 

* Au Touvet (38), apologie des crimes de l’OAS  (isere-antifascisme)

 

 Sur sa tombe est déposée cette plaque qui est tout un symbole puisque l’inscription :

"On pense A lui Sans cesse" est sur 3 lignes qui commencent par les 3 lettres OAS.

Cette plaque a été réalisée par l’ADIMAD .

 

 

 

 

 

*   L’élu FN Franck SINISI, les "dents en or des Roms", Gabriac et Civitas ... (isere-antifascisme)

Franck Sinisi, qui avait été élu sur la liste FN  à Fontaine (agglo de Grenoble) avait  proposé, en plein Conseil Municipal,  que la Ville "récupère les dents en or des Roms"

Face aux protestations des antiracistes et antifascistes, Alexandre Gabriac  et ses comparses gros bras de Civitas étaient venus, à plusieurs  reprises,  soutenir Sinisi  lors des séances du Conseil municipal.  Sinisi a fini par être condamné, pour incitation à la haine raciale ... 

 

Gabriac Civitas 2.jpg*   Gabriac, candidat pour Civitas aux élections législatives  de 2017 en Isère (isère-antifascime)

La   profession de foi au nom de Civitas a été distribuée dans  nombre de  boîtes à lettres, avec la mention bien apparente "Soutenu par Jean-Marie Le Pen" . Le programme annoncé était  gratiné :

abrogation de la loi Taubira avec annulation des mariages déjà contractés, abrogation de la loi Gayssot (visant à réprimer tout acte antisémite,  raciste ou le négationnisme qui nie et banalise les crimes nazis), interdiction de l'avortement, arrêt immédiat de l'immigration et "ré-émigration" des immigrés (c'est à dire expulsions-déportations massives) , fin de la laïcité de l'Etat,, etc etc. 

Et il fallait y penser : réouverture des bagnes et rétablissement des travaux forcés !

 

*   Gabriac récidive en Italie : salut fasciste à la mémoire de Mussolini (Rue89-Lyon)

gabriac salut italie.jpgUn an après avoir été exclu du Front National pour un bras tendu devant le drapeau nazi, le conseiller régional Alexandre Gabriac fait reparler de lui pour un salut fasciste, à la mémoire de Mussolini.
Photo : Gabriac en uniforme des pétainistes de l'Oeuvre Française, avec leurs chemises bleues (les noires étant celle des fascistes italiens, les brunes celles des SA hitlériens). Et le brassard à croix celtique, ça ne vous rappelle rien ?
"Le bras tendu a toujours existé, que ce soit pour le salut olympique ou pour dire merci ou bonjour à quelqu'un dans la rue", se justifie-t-il dans Lyon-Capitale. Toujours ? enfin presque toujours, juste sous Hitler et Mussolini.

 

* Civitas fait le lien entre Fraternité Saint-Pie-X et néonazis (La Horde)

Un panorama du milieu national-catholique en Savoie, au sein duquel Civitas, mouvement politico-religieux que nous avons déjà présenté ici, joue les intermédiaires entre une Fraternité Saint-Pie-X pourtant en quête de respectabilité, et des groupuscules néonazis en mal de publicité…

 

* Les combines de Civitas pour se faire financer par le "système"

Christiane Canestrari, qui avait été élue avec l’étiquette FN à Echirolles,  est membre de la Coalition pour la Vie et la Famille, (anti-avortement, anti-gay, etc ...) , fondée en 2017. Présidée par Alain ESCADA, qui préside aussi CIVITAS, cette "Coaliton pour la vie et la famille" se prétend parti européen : comme d'autres paravents réactionnaires et fascistes de ce style au parlement de l'UE, le but essentiel est d'arracher quelques subventions de la part du  parlement européen.

Nouvel Obs : Comment des partis nationalistes ont touché des millions du Parlement européen  :

Cette "valse des partis et des subventions" est pratiquée de la même manière par le parti nationaliste britannique Ukip, le Parti populaire danois, ou encore... l'association catholique intégriste français Civitas, qui a fondé la Coalition pour la vie et la famille, grâce notamment au soutien d'un élu régional du parti néonazi grec Aube dorée et d'un député du parti néonazi slovaque LSNS. Son président, le Belge Alain Escada a réclamé, selon "Le Monde", 500.000 euros de subventions en 2017.

 

* La mouvance d’extrême droite des lefebvristes, Escada et Cie (résistanceS-be)

L'ancien supérieur de la FSSPX-Belgique, l’abbé Aulagnier, affirmait sa fierté d’avoir été «formé à l’école maurassienne» (sic). Le même individu dira encore à l'occasion de sa nomination en 2001 comme chef du lefebvrisme [càd chef des intégristes de la FSSPX] en Belgique : «Je suis content d’être à Bruxelles, moi qui déteste la république et qui hais la démocratie». Ses propos avaient été tenus lors d'une interview accordée en septembre 2001 au journal «Polémique-Info», fondé et dirigé par un certain Alain Escada.

Ancien porte-parole du Front nouveau de Belgique (FNB), une dissidence du Front national belge, Alain Escada n'a jamais cessé son «compagnonnage» avec les radicaux de la droite nationaliste. Il figurait, encore en 2007 et en 2008, parmi les orateurs de diverses initiatives rassemblant des groupes néofascistes, voire néonazis : le mouvement Terre & Peuple, le mouvement Nation, Novopress, l'organisation national-solidariste flamande NSA, des ex du Vlaams Blok...

 

* Aux origines de Civitas, la Cité Catholique (La Horde)

La Cité Catholique, apparue quelques années après 1945, avait ses racines dans les milieux pétainistes.

"....Pendant la guerre d’indépendance en Algérie, on retrouve de nombreux officiers et quelques généraux (dont certains membres fondateurs de l’OAS) au sein des cellules de la Cité catholique. Ousset considère en effet que le FLN doit être combattu comme l’alliance démoniaque de l’islam et du communisme ..."

 

* A l’école de la Fraternité Saint-Pie-X : la Révolution, cette imposture satanique - Nouvel Obs  juin 2017

La Fraternité tient à maintenir hors-contrat ses écoles, passablement sectaires, afin qu'elles échappent  le plus possible aux vérifications de l'Education Nationale. Voici quelques aperçus de l'enseignement, ou plutôt embrigadement obscurantiste et politique, dispensés dans les écoles de la FSSPX .

"L'Education nationale cherche à détruire les cerveaux des petits Français et à avilir leur âme."

"Le judaïsme est réprouvé depuis la mort de Notre seigneur." "Pétain a sauvé la France." "La Révolution de 1789 est une imposture d'essence satanique, idéologie néfaste qui est l'essence même de la Déclaration de droits de l'homme."  Etc, etc.


france natio pédo 4.jpg* Abus sexuels: les dossiers cachés des intégristes de Saint-Pie-X (Mediapart, article payant)

En plus du couvent des Capucins à Morgon (69), le monastère de Montgardin, près de Gap, est un autre lieu où la FSSPX exfiltre discrètement ses prêtres déviants. comme l'abbé Philippe Peignot. Malgré ses aveux pour des faits commis à la fin des années 1980, l’abbé Philippe Peignot a seulement fait l’objet d’une sentence canonique tardive. En 2014, la Fraternité lui a en effet interdit d’exercer tout ministère auprès de mineurs.

Article de Mediapart ici

Voir aussi  les témoignages (sur catholicapédia)  ainsi  que le site de l' AVREF- Aide aux Victimes de mouvements Religieux en Europe et Familles

 

 Quelques-unes  des diverses apparences d'Alexandre GABRIAC :

cliquer sur les miniatures  en bas de ce diaporama pour  voir la légende des photos

34 / 34

Après la "dissolution" (juillet 2013) de l'Oeuvre Française et des Jeuness...

1 / 34
2 / 34

Et quelques-uns de ses messages facebook : sur le blog failfaf

 

 

 



07/02/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 108 autres membres