Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

"Le maire de Chambéry banalise l'extrême-droite", Laurent Ripart (NPA Savoie) et d'autres répondent à Michel Dantin,

 

A  Chambéry aussi l'extrême-droite cherche à s'implanter en ouvrant un local "Bastion social". Derrière ce nom se cache en réalité un groupe déjà tristement connu : "Edelweiss-Pays de Savoie", qui s'était auparavant donné l'appellation de "Savoie Nationaliste".

 

Un   "Bastion social" où l'on prétend, pour la presse,  vouloir se lancer dans le  caritatif. Mais attention, il s'agit de caritatif ethnique, réservé aux "français de souche",  du "social"    qui est en réalité très "social-nationaliste" ou "national-socialiste" en version hitlérienne. 

 

Samedi 3 février 2018 une importante manifestation antifasciste s'est déroulée :

"...un véritable succès par rapport aux objectifs qu’elle s’était fixée : dénoncer le groupuscule EdelweiSS-Bastion Social, son idéologie fasciste et son implantation à Chambéry et ailleurs !  Dans toute sa diversité, masquée ou non, scandant les slogans “Chambé’ ! Chambé’ ! Antifa’ !” ou encore “Pas de fachos dans nos quartiers ! Pas de quartiers pour les fachos”, cette manifestation intergénérationnelle et populaire a permis de détruire les discours de certains élus qui voudraient faire passer la lutte antifasciste pour une lutte entre extrêmes. ...." ( voir La Horde)

 

Il faut préciser que le maire de Chambéry, Michel Dantin ne semble guère s'émouvoir du développement de cette extrême-droite pure et dure, qui affiche sans complexe sa filiation néonazie. En octobre 2017, ces fachos avaient déjà  attaqué l'habituel concert de rentrée de la Fédé Anar de Chambéry ...  voir le communiqué

 

D'autres réponses au maire, et d'autres points de vue, recueillis  durant la manif du 3 février à Chambéry  >>  https://www.dailymotion.com/video/x6e9r39

 

La trajectoire de ce "Bastion Social" de Chambéry est particulièrement révélatrice

Du slogan «Social, National, Radical» du groupe "Edelweiss-Pays de Savoie" ( "Edelweiss", de l'allemand, "edel"-noble,  et "weiss"-blanc) au mot d’ordre du Bastion Social (« Autonomie, Justice Sociale, Identité »), il y a une même substance : subordonner la « justice sociale » à la défense acharnée de l’ « identité nationale »,  à la  discrimination,  à la haine raciale et au nationalisme.

 

A noter que  le Bastion Social reçoit le soutien affirmé de  cadres nationaux du FN ( son vice-président, Jean-François Jalkh, le sénateur FN  de Marseille Stéphane Ravier,  l'ex-Gudard  et très très intime de Le Pen-Marine Frédéric Chatillon. Voir leurs messages  twitter sur La Horde.

Le Bastion social  est appuyé aussi par des élus d'Annecy du  FN (ou ex-FN, ça devient difficile de faire la distinction) comme Jeremy Vallon ou Olivier Burlats, voir Antifa 74 .

 

Le nom « Edelweiss » est porteur de sens puisque la fleur est historiquement utilisée par la mouvance fasciste, particulièrement dans les Alpes, car décrite comme la « fleur préférée » d’Hitler. Photo en dessous, source "Edelweiss-Pays de Savoie" : on appréciera la graphie SS ...eldelweis SS.png

 Savoie_nationaliste-Tracts-625x422.png

 

Par  ailleurs, "Edelweiss Pays de Savoie" avait une appellation précédente, "Savoie Nationaliste" : regroupant aussi des éléments du GUD, c'était une des  reconstitutions locales des "Jeunesses Nationalistes",  après leur interdiction survenue durant l'été 2013. Les  Jeunesses Nationalistes avaient pour  leader Alexandre Gabriac, bien connu pour ses  photos où il fait le salut fasciste (ancien chef du FNJ-Isère, ancien membre du Comité Central du FN,  Gabriac  a été élu FN régional).

Les Jeunesse Nationalistes étaient la  branche "jeunes" de la très ancienne et très fasciste, et active dans l'OAS,  "Oeuvre Française", fondée par des collaborateurs et milicens pétainistes,  dirigée par le comparse régional de Gabriac,  Yvan Benedetti  ( ex-élu FN lui aussi). L'OF est , comme les JN,  en principe "interdite" depuis l'été 2013. 

Gabriac, qui avait donné son auguste soutien  à la fondation de "Savoie-Nationaliste",  est à présent actif  au sein des "catho-fachos"  de Civitas ...

Ci-contre : Le message néonazi est très clair. On notera aussi, sur l'affiche de droite, une reprise d'une très connue iconographie des années 1930, prétendument "anti-système", mais surtout  antisémite  (le Juif au nez crochu tenant en main la planète ...)

 

 VOIR AUSSI : En Isère et en Savoie, cathos-intégristes et néofascistes, main dans la main, s'implantent

 

 

 

 



09/02/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 114 autres membres