Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Lyon : supporters nazis et identitaires en procès (23/03/12)

Par Rebellyon, le 23 mars 2012  :

OL : derrière les supporters nazis, les identitaires de ’Rebeyne’

Mercredi 21 mars, six hooligans de la tribune sud de Gerland, membres de la « Mezza Lyon », comparaissaient devant le tribunal correctionnel de St-Etienne pour des tags effectués sur les voitures et le local du groupe de supporters stéphanois Magic Fans [1].

 

Petite par­ti­cu­la­rité des­dits tags : leur carac­tère ouver­te­ment raciste et nazi pou­vant cons­ti­tuer une cir­cons­tance aggra­vante. Pour autant le pro­cu­reur n’en a pas tenu compte et ils étaient pour­sui­vis uni­que­ment pour dégra­da­tions.

Le pro­cu­reur a requis à leur encontre :
- L’inter­dic­tion des stades
- de 800€ à 2000€ d’amende par per­sonne pour les tags.

Le déli­béré sera rendu le 16 Mai pro­chain, les six fachos étant jusque là main­te­nus sous contrôle judi­ciaire avec inter­dic­tion de se rendre en région sté­pha­noise [2].

On retrouve parmi les pré­ve­nus -oh sur­prise- un cer­tain Pierre Robesson, membre bien connu du grou­pus­cule iden­ti­taire ’Rebeyne’, secré­taire de la ’Traboule’ et orga­ni­sa­teur déclaré de la « marche des cochons ».

Après les mem­bres du GUD-Lyon il y a quel­ques mois, les iden­ti­tai­res lyon­nais se retrou­vent une fois encore devant le para­doxe de leur petit milieu fas­ci­sant : s’escri­mer à lon­gueur d’année à se pré­sen­ter comme res­pec­ta­ble tout en sachant per­ti­nem­ment que régu­liè­re­ment l’un d’entre eux ne résis­tera pas à faire étalage de sa xéno­pho­bie ou de sa nos­tal­gie nazi ou pétai­niste. Chassez le natu­rel...

Ce n’est pas la pre­mière fois que Pierre Robesson fait parler de lui pour son entrisme dans les gra­dins de Gerland, petit rappel :

... en décem­­bre 2010, l’un des lea­­ders du groupe invi­­tait les mem­­bres de Lyon 1950 à par­­ti­­ci­­per à la mani­­fes­­ta­­tion Lugdunum Suum orga­­ni­­sée par les iden­­ti­­tai­­res. Il pré­­ci­­sait également que des dra­­peaux lyon­­nais étaient dis­­po­­ni­­bles à la vente pour les mem­­bres du groupe, auprès d’un sur­­nommé « Robloch »... « Robloch » n’étant autre que Pierre Robesson, secré­­taire dans les sta­­tuts asso­­cia­­tifs du local « La Traboule » (local des iden­­ti­­tai­­res lyon­­nais) et orga­­ni­­sa­­teur du ras­­sem­­ble­­ment iden­­ti­­taire du 14 mai 2011. Cinq mois plus tard, chan­­ge­­ment de dis­­cours des lea­­ders : inter­­dic­­tion pour les mem­­bres du groupe d’affi­­cher une quel­­conque appar­­te­­nance à Lyon 1950 pour ceux qui se ren­­draient au « ras­­sem­­ble­­ment pour la liberté » des iden­­ti­­tai­­res le 14 mai.

Se sont également retrou­vés à la barre un gen­darme et... un ancien sup­por­ter sté­pha­nois, plus pré­ci­sé­ment un ancien Magic Fans ! Et oui, semble-t-il exclu du groupe sté­pha­nois pour des excès natio­na­lis­tes, celui-ci est venu se réfu­gier en terre lyon­naise au cour de l’année 2011. Se fai­sant de nou­veaux amis aux convic­tions fas­cis­tes pro­ches des sien­nes, Il [3] en a pro­fité pour trahir ses anciens voi­sins de tri­bune. Comme le révèle les échanges entre les dif­fé­rents mem­bres de l’Unité Gauloise, cette accoin­tance entre les indeps fas­cis­tes et un ex-sté­pha­nois a pro­vo­qué ces der­niers mois de vives ten­sions et quel­ques affron­te­ments [4] entre eux et cer­tains mem­bres des Bad Gones [5]. Certains ont des prio­ri­tés poli­ti­ques, d’autres foot­bal­lis­ti­ques et tout ça ne fait pas bon ménage !

Pendant qu’avait lieu le procès (qui a durée 5 heures !) les quel­ques autres nazis de Gerland venus sou­te­nir leurs petits cama­ra­des (une qua­ran­taine selon le pro­grès) n’ont pas non plus réussi à se tenir. Après avoir été refoulé du tri­bu­nal ils ont fait un arrêt sur le trajet du retour à Saint-Chamond dans l’inten­tion mani­feste de se venger sur les habi­tants de la ban­lieue sté­pha­noise puisqu’ils ont signalé leur arri­vée par des pro­vo­ca­tions xéno­pho­bes, des jets de pierre et ten­ta­ti­ves d’agres­sion. Les Saint-Chamonais ne se sont pas lais­sés faire et ce n’est qu’après l’inter­ven­tion des CRS que les lyon­nais ont repris leur route vers 18h30.

Lire (ou relire) Fafland ? Panorama de l’implan­ta­tion de l’extrême-droite chez les sup­por­ters de l’OL

Notes

[1] La LICRA, l’OL et SOS Racisme s’étaient également constitués partie civile.

[2] Hormis dans le cadre de la procédure judiciaire évidemment.

[3] « Merc », puisque tel est son pseudo

[4] Comme à Montpellier le 14 janvier dernier.

[5] Une rumeur sur internet évoquant d’ailleurs l’attaque par une quarantaine de BG du local identitaire « La Traboule » il y a quelques mois.



24/03/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres