Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Nicolas Reynès, dans le Nord : encore un candidat embarrassant pour le FN. Et révélateur...

Pour le Front National, les prochaines législatives de juin 2012 sont un enjeu important, avec des possibilités d'alliances plus ou moins discrètes avec des UMP en perdition cherchant à sauver leur siège.

Mais c'est aussi un enjeu financier crucial  pour le FN : chaque voix lui rapportera 1,63 euro, pendant 5 ans.

C'est pourquoi, il essaie de  trouver et présenter le plus possible de candidats, même des personnages "pittoresques", prenant le risque de réduire à néant son "opération séduction/ dédiabolisation".  (On se souvient qu'aux cantonnales de 2011, le FN était allé jusqu'à recruter des candidats dans les maisons de retraite... )

Déjà, le FN  avait été obligé de prendre quelques distances  avec le grenoblois Alexandre Gabriac (voir notre galerie-photos) , ex-dirigeant FN local, dont le néonazisme avait été révélé. Le FN n'a pas pu continuer à  l'admettre au sein de son  groupe des élus FN au Conseil Régional de Rhône-Alpes : 15 000 euros annuels en moins pour le Front National !

 

Après Stéphane Poncet (FN Villeurbanne), après Sidany-Sophie Doutch (FN Hauts de Seine), après Vincent Gérard (FN Haute Vienne), ..., voici donc un nouveau candidat, le responsable du front National Jeunesse dans le Nord, au racisme et fascisme flagrant, auquel le FN risque d'être obligé de renoncer.

Comme à chaque fois, le FN voudra faire croire qu'il s'agit d'un cas marginal, d'une "bavure".

En réalité, il s'agit de l'illustration de l'idéologie profonde du FN, que ce soit celle du  FN de Le Pen-père ou celle  de Le Pen-héritière, avec cette excitation au racisme et ce programme d'apartheid qui se cache à peine derrière son programme de "préférence nationale" .

 

Voir Lutte en Nord, 16 avril 2012 :   Porno-eugénisme, misogynie et apologie du 3ème Reich : le site promu par Nicolas Reynès, candidat FN de la 2ème circonscription du Nord

 

Nord-Eclair, le 19 avril 2012 :

Un candidat FN aux législatives faisait la promotion d'un site néonazi

nordeclair.fr Nicolas Reynès partageait sur son mur Facebook des contenus issus d'un site douteux.

Nicolas Reynès, responsable du FN Jeunes Nord Pas-de-Calais et candidat aux législatives dans la 2e circonscription du Nord, est au coeur d'une polémique pour ses liens supposés avec un site prônant l'eugénisme de la race blanche, soutenant le tueur norvégien Anders Breivik et comparant l'occupation nazie à la présence en France d'immigrés africains.


C'est le site libertaire et antifasciste Lutte en Nord qui a dégaîné le premier, lundi, accusant Nicolas Reynès d'être l'administrateur du site Les Elegances, dont régulièrement, le candidat FN aux législatives faisait la promotion sur sa page Facebook personnelle.

Sur ce site, fermé depuis mercredi, se trouvaient des photographies de femmes dénudées, voire exposées dans des poses pornographiques. Point commun de ces femmes : elles sont toutes blanches et censées représenter la pureté de la race, menacée par le métissage. Sur les captures d'écran révélées par Lutte en Nord, se trouvent aussi des comparaisons douteuses entre l'occupation allemande et la présence en France de minorités issues de l'immigration africaine et maghrébine, avec ce commentaire : "L'occupation, c'était mieux avant". Enfin, on pouvait aussi y voir des images à la gloire du tueur Anders Breivik actuellement jugé en Norvège, avec cette légende : "Yes we can".

Dans une note publiée ce matin sur son blog personnel, Nicolas Reynès dément formellement être l'administrateur de ce site, ce que  Rue89 a confirmé hier dans un article révélant le nom de son auteur, un militant qualifié de "cyberraciste", et qui aurait été plusieurs fois condamné pour des propos racistes. Contacté cet après-midi par Nord éclair, Nicolas Reynès, étudiant en philosophie à l'université Lille III, admet avoir été "naïf" mais affirme ne pas avoir vu sur ce site les pages à la gloire d'Anders Breivik ou du IIIème Reich.

"Un procès d'intention"

"Je n'avais pas prêté attention à tout cela, assure-t-il. Moi, ce qui m'intéressais, c'étaient les photos de jeunes filles, et ce sont ces photos que j'ai mis en lien sur Facebook, je ne me sens pas solidaire du reste. Je n'ai jamais partagé les autres articles, dont j'ignorais l'existence. On doit me juger sur ce que j'ai écrit ou mis en lien, et pas me faire un procès d'intention en supposant que je suis d'accord avec des articles que je n'ai même pas lus."

Nicolas Reynès, qui se définit comme un "patriote français" et refuse d'être amalgamé à un "national-socialiste", estime être victime d'une "campagne de diffamation initiée par l'extrême-gauche". Interrogé à ce sujet hier soir sur Public Sénat, le directeur de la campagne de Marine Le Pen, Florian Philippot, a prévenu que Nicolas Reynès ne pourrait pas être candidat aux législatives pour le Front National s'il était avéré qu'il était l'administrateur de ce site.

Mais cet après-midi, le secrétaire départemental du FN dans le Nord, Eric Dillies, indiquait que le FN conservait sa "confiance" en Nicolas Reynès : "Cela fait quatre ans que je le connais, je n'arrive pas à imaginer qu'il ait pu avoir des liens avec l'idéologie nazie ou un penchant pour ce tueur norvégien, confie-t-il. Paris est en train d'étudier son cas, mais je plaiderai personnellement pour sa bonne foi." Son investiture doit être examinée dans les jours qui viennent par la commission en charge de cette question au FN.

"Une obsession malsaine de la race blanche"

Un point de vue que ne partage pas une ancienne militante du FN, Alice Villain, elle-aussi étudiante à Lille III, qui dit avoir alerté la direction nationale du FN sur le cas de Nicolas Reynès il y a plusieurs semaines. "Sur sa page Facebook, il mettait en lien ces photos qui sont des photos de viande blanche, avec des commentaires racistes et machistes, je lui ai dit qu'il avait une obsession malsaine de la race blanche mais il a continué, donc moi, j'ai envoyé des captures d'écran du site Les Elegances à la direction nationale parce que je n'ai pas envie d'être représentée par un pornographe de la race blanche", nous confie-t-elle, indiquant avoir également prévenu les instances départementales du FN qui n'ont "pas réagi".

Alice Villain, qui a quitté le FN il y a quelques jours pour rejoindre le mouvement de Nicolas Dupont-Aignan, juge que Nicolas Reynès ne "pouvait pas ignorer le reste du contenu du site". "Quand on fréquente un site régulièrement, qu'on en partage des articles quasiment tous les jours, on ne peut pas dire qu'on ignore le reste du contenu", estime-t-elle.

La jeune femme âgée de 20 ans indique par ailleurs avoir peu à peu ouvert les yeux sur la "véritable nature du FN", et estime avoir été trompée sur la marchandise. "J'ai adhéré au FN parce que je pensais que Marine Le Pen était sincère, que le FN avait changé, que ceux qui dérapent seraient exclus. Personnellement, je suis pour la préférence nationale, mais une préférence basée sur la nationalité et non pas sur la religion ou la couleur de peau, explique-t-elle. Or j'ai constaté, en deux ans de militantisme, que beaucoup de militants du FN, mais aussi ses dirigeants, dérapent régulièrement en privé et tiennent des propos discriminatoires."

Et Alice Villain de citer ce responsable nordiste du FN admettant "appartenir à un parti fascisant", ou cet autre affirmant que "quelqu'un qui revendique sa négritude n'est pas digne d'être Français".

Un nouveau témoignage apportant de l'eau au moulin de tous ceux qui comme la polémiste Caroline Fourest, auteure d'une biographie de Marine Le Pen, ou la journaliste Claire Checcaglini, qui a rédigé un livre racontant son infiltration de huit mois à l'intérieur du parti frontiste, estiment que la métamorphose du FN n'est qu'une opération de façade.

 

 

______________________________

 

Quelques pages du site pour lequel ce candidat FN faisait de la promotion.

"Une nouvelle occupation" , c'était la déclaration tonitruante Le Pen-fille au sujet de quelques cas de prières dans la rue. 

"Invasion islamique, nouvelle occupation, nouveaux  collabos, identité et race blanche en  péril ...", c'est aussi la thèse d'Anders Breivik, l'auteur de la tuerie d'Oslo. La thèse du patron du FN des Hauts de Seine, le "mariniste" Rémi Carillon, qui réfléchit aux moyens de déclencher une guerre civile pour chasser les "musulmans et leurs collabos". Une thèse répandue dans toute la "fachosphère" sur le Web, tout comme dans les meetings Le Pen...

 

 



20/04/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 117 autres membres