Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Rien de neuf au FN ! (Bulletin RasL'Front Grésivaudan, hiver 2011)

Ras l'front   Editorial du bulletin hiver 2011/2012 du Comité Ras  L' Front du Grésivaudan.


  >> télécharger le bulletin intégral (8 pages)

 

 

Rien de neuf au Front National

 

Marine Le Pen a fait de la «DÉDIABOLISATION» un axe majeur de sa stratégie électorale. Mais il ne s’agit que d’un ravalement de façade.
Au coeur du programme demeure toujours la préférence nationale dont il convient de bien saisir le senset la portée. C’est un régime d’apartheid qui serait instauré en France.
Il casserait les solidarités, diviserait la classe ouvrière face au patronnat et au capitalisme financier et anéantirait les conquêtes sociales.

 
Les mots changent, les idées restent les mêmes.
La prétendue défense de la laïcité, n’est qu’un faux prétexte pour masquer un discours islamophobe. Lalaïcité, la vraie, le FN l’a toujours combattue.
Le FN se réclame désormais de la République. Mais la démocratie directe qu’il plébiscite est dans la droite ligne du discours historique de l’extrême-droite. Tout repose sur la figure du chef et sur le prétendu dialogue direct qu’il entretiendrait avec le peuple, par delà les partis, les syndicats et les corps intermédiaires qui seraient selon lui tous corrompus...


Marine contre Le Pen ?
Comme son père, elle est entourée de plusieurs clans, de figures diverses mais largement issues des familles classiques de l’extrême droite. C’est un noyau de radicaux qui essaie de débaucher quelques personnalités pour donner le change.
Leurs haines restent les mêmes.


Un programme anti-social.
Aidé par la droite de gouvernement et une partie des médias, plus complaisants que jamais, le FN s’emploie à focaliser le débat politique sur des problématiques identitaires. Le but de cette campagne raciste est de créer de faux débats pour détourner l’attention des vrais problèmes que sont, en cette période de crise, les droits à un logement décent, à l’emploi, à un revenu permettant à toutes et tous de vivre et non de survivre ou encore l’accès gratuit aux soins. Sur toutes ces questions l’extrême droite et le FN ne proposent aucune solution concrète et viable.
Le FN dit pourtant être du côté des travailleurs, des précaires et des privés d’emploi.
Depuis peu, il dit même vouloir défendre les services publics, les retraites, les emplois.
Pourtant, curieusement, il n’aime ni la grève ni l’action syndicale.



03/01/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 130 autres membres