Vigilance Isère Antifasciste

Vigilance Isère Antifasciste

Une famille d'Angoulême harcelée par des racistes refuse de subir en silence - Dans La Charente Libre, 7 août 2018

Eté 2018. Au bord d'un plan d'eau, dans la région d'Angoulême :

"On ne se sentait vraiment pas à notre place. Je n’ai même pas osé descendre me baigner»

La jeune femme a eu envie de répondre, «de “contre-attaquer”».

«Mais j’ai préféré ne rien dire. J’avais peur d’envenimer la situation. Que ce soit l’escalade et que ça finisse par nous retomber dessus.»

 

Intimidations, insultes les plus grossières et les plus racistes possibles, harcèlements,menaces, coups de fusils (voyez Arrêt sur Images : Agresseurs de Beaune : des "gens du voyage" ? Aux origines de la (fausse) rumeur),   incitations à la haine et au racisme :  les cas se multiplient...

Mais l'indignation se fait croissante aussi,  les soutiens aussi, des actions (en justice aussi) sont engagées, d'autres se préparent...

 

Nous  donnerons plus tard des précisions et infos précises sur le cas de cette famille d'Angoulême.

 

Dans l'immédiat, voyez  en page Accueil de notre présent site,  Vigilances Isère Antifascisme , en Une : 

trois articles au sujet des attaques racistes  (antisémites) lancées contre l'avocat grenoblois Denis Dreyfus.

Vous verrez aussi l'importante mobilisation pour le soutenir, pour faire taire et poursuivre ceux qui sont à  la manoeuvre pour encourager à la  haine , au harcèlement et à la violence.

 

Voyez aussi le témoignage et les explications de Julie Hainaut, journaliste de Lyon,  : elle aussi, harcelée par des racistes, refuse très courageusement  de subir en silence  et explique très clairement pourquoi : il faut faire taire les propagandistes  de la haine raciste "tous azimuts".

RUE89-LYON, 4 avril 2018,

 

(............)
« Sale pute à nègre, on sait qui tu es et où tu vis, tu vas passer les années à venir la peur au ventre »
Rue89Lyon : Le club de la presse de Grenoble vous a remis ce vendredi 23 mars un prix pour votre tribune publiée [en septembre 2017 ] dans Libération, sur le cyberharcèlement. Le matin-même, vous avez reçu un mail de menaces particulièrement violent, dont l’expéditeur est sans doute rattaché au site néonazi « democratie participative ».  Cela signifie-t-il qu’il surveille toujours tout ce qui peut vous concerner ?
(......)

En vérité je refuse de me résigner, je refuse de passer outre les propos sexistes, racistes, diffamatoires, injurieux, menaçant la liberté d’expression et mon intégrité physique tout en appelant à la violence sous fond d’apologie du nazisme et des crimes de réduction en esclavage. Je refuse que ça passe comme ça.

Je poursuivrai ces personnes jusqu’au bout, peu importe le temps que cela prendra (.....)

 

Dans le cas de Julie Hainaut, comme pour maître de Denis Dreyfus,  on trouve les mêmes, les mêmes qui dirigent la meute haineuse  :  ceux qui se cachent derrière le site "Democratie Participative".

Ce titre du site est calculé  pour tromper, pour attirer des clics,  mais  c'est bien avec un  titre  comme   "Hitlérisme et haine raciste participative" qu'il faut les nommer.

 

Des signalements, des plaintes ont été déposées et sont soutenues, par des associations, des syndicats, par de plus en plus de personnes indignées par ces ignominies.

La Ministre de la Justice, Garde des Sceaux a été saisie par, entre autres, la Conférence Nationale des Avocats. La DILCRAH, Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Racisme.... , informée, semble impuissante, bien peu réactive,  tout comme le Procureur de la République de Paris.

 

A Vigilances Isère Antifascisme tout comme à  RLF Isère (Réseau de Lutte contre le Fascisme, ex-Ras L' Front), nous sommes mobilisés et nous resterons mobilisés, tout comme beaucoup d'autres. 

Tant qu'il le faudra.

Non, les  victimes ciblées par cette haine , ces menaces, ces tentatives d'intimidation ne sont pas seules, pas  du  tout ! 

Contre cette nouvelle épidémie de peste brune, la solidarité va agir et se développer.

Ceux qui rêvent d'instaurer la peur, qui rêvent d'établir une Europe blanche, la ségrégation, l'exclusion, une France et une Europe sous la botte d'un nouveau fascisme seront combattus, seront mis en échec.

_________________________________________________

 

La Charente-Libre, 7 août 2018

Racisme: ces Angoumoisines refusent de se taire

Assanatou Diaby, Lalaissa Sacko et Nmahawa Sakho ont été choquées par le comportement des gens.

Photo A. C.

Par Amandine COGNARD, publié le .

Une famille noire raconte avoir subi plusieurs réflexions à caractère raciste dimanche à la baignade de Vindelle.

Des regards en coin, des ricanements, des réflexions à caractère raciste prononcées à voix haute sur leur passage, des gens qui changent de place en les voyant... Voilà à quoi a été confrontée une famille noire, dimanche, alors qu’elle venait simplement passer un moment agréable et rafraîchissant à la baignade de Vindelle.

Souvent, Nmahawa Sakho, Lalaissa Sacko et Assanatou Diaby laissent passer ces comportements. Mais cette fois-ci, c’était trop. Trop intolérable pour se taire. Elles ont donc décidé d’en faire part à CL en espérant créer une prise de conscience et en pensant avant tout à leurs enfants.

 

«Étant donné la chaleur, on avait décidé d’aller en famille pique-niquer et se baigner, raconte Nmahawa Sakho, 26 ans, étudiante infirmière, qui habite Soyaux. Nous sommes arrivés là-bas vers 17 heures. On était une vingtaine: une dizaine d’adultes et une dizaine d’enfants. Dès notre arrivée, on a senti tous les regards braqués sur nous. Des gens parlaient entre eux en nous dévisageant, on s’est sentis mal à l’aise.»

Le petit groupe essaie de ne pas trop s’en préoccuper et s’installe sur l’une des tables de pique-nique disponibles. «Et là, un groupe d’adultes qui étaient allongés à côté, sous un arbre, avait installé des serviettes et une slackline [une sangle pour jouer les équilibristes, NDLR], s’est levé, a tout rangé et est parti s’installer plus loin en disant: “Restons pas là, on va se faire voler”», décrit Lalaissa Sacko, 22 ans, employé de l’hôtel Mercure à Angoulême.

 

«J’ai préféré ne rien dire»

«On ne se sentait vraiment pas à notre place. Je n’ai même pas osé descendre me baigner»

, témoigne Assanatou Diaby, 30 ans, secrétaire, qui vit à Angoulême qui était venue avec ses enfants.

«Moi, j’y suis allée avec mon fils, qui a échangé ses jouets avec d’autres enfants dans l’eau, ça se passait bien. Mais c’est quand je suis remontée vers la table, que j’ai entendu une personne dire tout fort à ses amis: “Même dans un coin si perdu, y a autant de noir. Rentrez chez vous”.»

La jeune femme a eu envie de répondre, «de “contre-attaquer”». «Mais j’ai préféré ne rien dire. J’avais peur d’envenimer la situation. Que ce soit l’escalade et que ça finisse par nous retomber dessus.»

«Ils ont même trouvé quelque chose à dire quand on a sorti des melons de la voiture pour manger... “Ils sont bizarres leurs melons”. Alors qu’on les a achetés au supermarché tout comme eux», ajoute Assanatou Sakho.

Si ces frères, sœurs, neveux et nièces ont passé un agréable moment ensemble jusqu’à 21 heures en bord de Charente, ils sont encore choqués par tous ces regards insistants et ces réflexions et comportements racistes qui ont ponctué l’après-midi.

«D’habitude, on va au plan d’eau de Saint-Yrieix et on n’a jamais eu aucun souci là-bas. Mais comme il y avait un problème de pollution de l’eau, on a décidé de changer pour Vindelle. Mais maintenant, on se dit qu’on n’y retournera pas et c’est dommage que de telles choses arrivent encore», dénoncent les trois jeunes femmes qui veulent surtout que leurs enfants, qui cette fois-ci ne se sont pas vraiment rendu compte de ce qui se passait, «ne grandissent pas avec l’idée qu’ils ne sont pas à leur place quelque part à cause de la couleur de leur peau».

 

_______________________________________________

 

banniere Hiltler c'est le minimum.jpg

Capture d'écran : une des bannières en haut des pages de DP  qu'ont utilisée ces nouveaux nazis.

 

moins de migrants.jpg

Sur le site DP .... (l'image a été "corrigée" par nos soins)



26/08/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 126 autres membres